Question moustache, les pirates exagèrent. Mais sont-ils vraiment néfastes pour le box-office ?

Non, le piratage n'a pas d'impact négatif sur les résultats du box-office

À partir d'un logiciel de simulation, un chercheur américain déduit que le piratage ne nuit pas aux résultats du box-office.

Question moustache, les pirates exagèrent. Mais sont-ils vraiment néfastes pour le box-office ?

Question moustache, les pirates exagèrent. Mais sont-ils vraiment néfastes pour le box-office ?

Cette étude relayée par Numerama prend la philosophie Hadopi à contre-pied : la diffusion illégale de films sur Internet avant leur sortie en salles n'affecterait pas les entrées, selon Koleman Strumpf, un économiste américain. Elle aurait même un effet légèrement positif sur la promotion des films.

Publicité

Strumpf a effectué ses recherches à partir de Hollywood Stock Exchange, un jeu en ligne qui simule le box-office, alimenté par des actualités réelles, et qui reproduit les mouvements de l'industrie avec tellement de précision qu'il est consulté par les professionnels.

En comparant l'évolution des cotations de films sortis en 2003 et 2009 et en prenant compte leur fuite prématurée sur les sites de peer-to-peer comme Pirate Bay, Koleman Strumpf a ainsi pu constater l'effet du piratage sur les entrées. Et celui-ci est négligeable, exemple à l'appui avec la courbe ci-dessous, qui illustre l'effet de la fuite du film Wolverine sur sa cotation.

(Crédit image : Koleman Strumpf)

(Crédit image : Koleman Strumpf)

Publicité

Une légère amélioration

L'économiste constate même une amélioration des ventes des films après leur sortie, lorsque ceux-ci ont fuité au préalable. L'explication possible, selon Krumpf, est que les fichiers diffusés peu avant la sortie officielle soutiennent la promotion des films, en créant de la curiosité sans pour autant dissuader les consommateurs d'acheter une place de cinéma.

Mais dans sa conclusion, le chercheur se limite aux fichiers de piètre qualité, allant jusqu'à dire qu'ils peuvent avoir des "effets bénéfiques sur la propriété intellectuelle". Les "DVD-rip" et autres copies illégales, diffusées après la sortie des films et criblant les ventes sur support physique, ne sont donc pas disculpées.

-> À lire également : Téléchargement, streaming, 1 Français sur 6 est un pirate

Publicité

-> À lire également : Le piratage ne serait pas néfaste pour l'industrie musicale

Par François Oulac, publié le 16/07/2014