Pourquoi la plupart des personnages Disney n'ont pas de mère

La plupart des films Disney semblent avoir au moins un point en commun : l'absence de la figure maternelle. Dans une interview le producteur Don Hahn donne quelques pistes de réponses.

tumblr_mxtdi7fsvX1s6o6f6o9_1280

Quand nous sommes tombés sur cet article de Terrafemina qui s'intitulait "Voilà pourquoi les princesses Disney n'ont pas de maman", notre réaction était : "mais c'est vrai ça, c'est fou, nous n'y avions même pas pensé avant !".

Publicité

Et c'est là que pendant une demi-heure les références aux dessins animés Disney qui ont bercé notre enfance ont fusé à la rédaction. Effectivement, la plupart des héros et héroïnes Disney ont grandi dans un cadre familial particulier où le modèle patriarcal domine.

Mères souvent absentes, remplacées par des pères bienveillants

Quand on repense aux tout premiers dessins animés signés Walt Disney, les mères de Dumbo (1941) et Bambi (1942), par exemple, disparaissent subitement alors qu'ils sont encore tout jeunes. Les deux personnages se retrouvent dès lors obligés d'affronter (presque) seuls le monde qui les entoure. Par ailleurs, Cendrillon (1950), déjà orpheline d'une mère, se voit priver d'un père parfait et se retrouve sous les ordres d'une marâtre cruelle et froide.

Aussi, dans La Petite Sirène (1989), Aladdin (1992) et Pocahontas (1995), Jasmine, Ariel et l'héroïne indienne évoluent dans une famille où la mère est absente et dont on ne parle que très peu. C'est donc la figure paternelle qui élève la jeune femme. Quand le Roi Triton, le sultan d'Agrabah ou le chef de la tribu Powhatan se veulent être des modèles bienveillants pour leur progéniture, le manque de liberté dont souffrent ces princesses les amène à enfreindre les règles établies et à s'aventurer hors du cadre autorisé, là où règne une certaine forme de danger.

Publicité

pocahontas

Dans d'autres Disney, la mère est bien présente, mais son rôle passe complètement au second plan. On pense notamment au Roi Lion (1994) où la mère de Simba est écrasée par la majestueuse présence de Mufasa, ou encore à Mulan dans lequel Fa-Zhou apparaît sage et vaillant tandis que la mère tente de convertir Mulan en une femme digne de ce nom. Et c'est sans compter Mowgli dans Le livre de la jungle (1967) élevé par des loups.

On ne vous fait pas un dessin, la liste des héros de Disney privés d'une figure maternelle est bien fournie. On sait déjà que Disney entretient les stéréotypes en privilégiant les happy ending à la "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". Mais là, on découvre encore plus mystérieux.

Publicité

mulan-disneyscreencaps-com-9455

Raisons à la fois techniques et personnelles

Ainsi, dans un article publié par Glamour US, Don Hahn qui a produit entre autres Le Roi Lion, La Belle et la Bête (1991) et Le Bossu de Notre Dame (1996) donne quelques indices qui pourraient éclaircir cette particularité :

Une des premières raisons est pratique parce que les films Disney font 80 à 90 minutes et parlent de ce jour où dans la vie où on doit prendre ses responsabilités. Simba fuit de la maison mais doit revenir. Pour faire court, c'est plus rapide de faire grandir les personnages quand vous vous débarrassez de leurs parents.

Publicité

La seconde raison est alors beaucoup plus personnelle et résulte d'un drame dans la vie de Walt Disney lui-même. Au début des années 1940, alors que le studio commence à percer, le créateur de Mickey Mouse décide d'acheter une maison à ses parents. Juste avant qu'ils n'emménagent, celui-ci demande à des techniciens de Disney de finir les derniers travaux.

Puis le drame. Lors de la première nuit dans leur nouvelle maison, une fuite de gaz provoque le décès de sa mère tandis que son père se retrouve à l'hôpital. "Il ne parle jamais de ce moment car il se sent responsable. C'était un rêve de gosse que d'acheter une maison à ses parents. C'est une théorie et je ne suis pas psychologue, mais je sais qu'il a été hanté par cela", analyse le producteur.

Triton 1

Selon ces témoignages, on comprend mieux l'absence de la figure maternelle. Mais on peut aussi se demander si le fait que ce ne sont que des hommes à la tête de ce studio mythique n'y est pas pour quelque chose également.

Par Anaïs Chatellier, publié le 21/09/2014

Copié

Pour vous :