AccueilCinéma

La Mairie de Paris offre un demi-million d’euros pour aider ses cinémas indépendants

Publié le

par Manon Marcillat

La Ville de Paris a voté des subventions exceptionnelles pour soutenir ses 36 salles indépendantes.

Selon les derniers chiffres du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC,) la fréquentation des salles de cinéma en France s’est effondrée et atteint seulement 5,5 millions d’entrées sur le mois de septembre, soit moitié moins que l’an passé sur la même période.

Cette situation n’est malheureusement pas une exception française : la chaîne britannique de cinémas Cineworld a par exemple annoncé lundi la fermeture temporaire de l’ensemble de ses salles au Royaume-Uni et aux États-Unis, condamnant ainsi 536 cinémas américains, 127 cinémas britanniques et 45 000 salariés.

"Acteurs essentiels de la vie municipale"

Paradis du 7e art avec plus de 400 écrans, la Ville de Paris a voté mardi 438 000 euros de subventions exceptionnelles pour soutenir ses 36 salles indépendantes, mises à mal par le virus. Au-delà des grands complexes commerciaux, ces salles parisiennes "sont des acteurs essentiels de la vie" municipale, souligne la délibération votée à l’unanimité par le conseil de Paris.

L’aide est fixée à 5 000 euros par salle et 40 000 euros maximum pour chacun de ces établissements qui jouent aussi un rôle essentiel de diffusion du cinéma, art et essai en particulier et qui accueillent des avant-premières, des festivals, des films rares ou de patrimoine.

Cette bouffée d’oxygène, qui représente peu ou prou la moitié de l’effort financier fait chaque année par la capitale pour ces cinémas, doit aller à des salles du Quartier Latin comme d’autres zones de Paris, dont certaines accueillent les cinéphiles depuis des décennies, comme L’Escurial ou le Studio des Ursulines.

"Entre Paris et le cinéma, il y a plus qu’une relation économique, il y a une vraie histoire", a souligné auprès de l’AFP Carine Rolland, l’adjointe à la culture de la maire PS Anne Hidalgo.

Un vœu a par ailleurs été voté en faveur d’un cinéma particulier, le dernier cinéma associatif de Paris, La Clef, menacé d’expulsion. "On s’est engagé à tout faire pour sauver ce cinéma unique" du Quartier Latin, a précisé Mme Rolland.

L’État, de son côté, a lancé un vaste plan de soutien pour soutenir les cinémas, mis à genoux par la crise sanitaire, dans toute la France. Il est doté de plusieurs dizaines de millions d’euros, dont 50 millions pour compenser le recul des recettes lié au virus.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :