Petite sélection des papes à l'écran

Le pape François, on l'a appris mardi, sera le sujet d'un biopic. L'occasion de revenir sur cinq apparitions du pape à l'écran, entre mafia, gospel, nazisme, doutes sur la foi et Renaissance. Pfiou.

pape

Jorge Mario Bergoglio est né en 1936 à Buenos Aires. Il a choisi le prénom de François en référence à Saint-François d'Assises et son engagement auprès des pauvres (Crédits : Reuters/Tony Gentile)

Habemus filmam ! Le magazine Variety a annoncé mardi que le pape François serait le sujet d'un film en son honneur. Mais plus que retracer sa vie, son réalisateur, Alejandro Agresti, confie vouloir saisir la substance de la psychologie du personnage. "Bien plus qu’une rapide biographie relatant les principaux faits, je suis bien plus intéressé à tenter de montrer l’intérieur de cette personne si singulière, sa décision de suivre sa vocation et comment il a associé foi et raison après avoir étudié pendant 14 ans comme jésuite avant d’être ordonné prêtre", a déclaré Alejandro Agresti à Variety.

Publicité

Pape François, ou Jorge Mario Bergoglio de son vrai nom, sera interprété par Rodrigo de la Serna, qu'on a déjà pu apercevoir dans le Carnets de Voyage de Walter Salles et Tetro de Francis Ford Coppola. Or, il ne sera pas le premier à incarner le chef de l'Église catholique à l'écran. Ci-dessous, sélection de cinq évocations du pape qui ont marqué le cinéma ou bien la télévision.

Habemus Papam - Nanni Moretti

À tout seigneur, tout honneur. D'abord parce que le film a été nommé par les Cahiers du Cinéma meilleur film sorti en 2011. aussi parce que Nanni Moretti, pour son film, a eu le bon goût de poser la question de la place du pape dans ce monde, ainsi que celle du poids de sa terrible responsabilité. À sa sortie, Habemus Papam a été encensé par la presse italienne. Et Michel Piccoli, à 85 ans, y est splendide en pape qui doute.

Publicité

Amen. - Costa-Gavras

Le rôle de l'Église catholique - et donc du pape Pie XII - pendant la Seconde Guerre Mondiale reste une question ambigüe et encore taboue. Costa-Gavras a décidé d'affronter ce sujet de front avec le film Amen., sorti en 2002 et basé sur une pièce de théâtre nommée Le Vicaire, elle-même écrite par Rolf Hochhuth. Voilà ce que l'auteur en a dit après avoir vu la première : "Je n'avais que des mots, le cinéaste possède l'image. Ce qu'a filmé Costa-Gavras est bien plus fort que ma pièce. En supprimant, contre mon avis, une partie des scènes avec le pape, il rend très forte la solitude inaccessible de Pie XII. Il a eu raison, j'avais tort". Classe.

Borgia - Tom Fontana

La papauté n'aurait pas été représentée dans toute sa complexité si personne ne s'était intéressé aux Borgia, cette famille machiavélique qui a régné en maîtresse sur Rome grâce à la soif de pouvoir de ses membres. L'histoire scandaleuse de cette famille dévoyée, aux antipodes des préceptes de l'Église, est contée dans l'excellente série de Showtime créée par Tom Fontana, Borgia. "Aimez-vous les uns les autres", qu'ils disaient...

Publicité

On note que la fascinante histoire des Borgia a aussi été dépeinte par le dessinateur de bandes-dessinées Alejandro Jodorowsky dans la sulfureuse saga du même nom.

Le Parrain 3 - Francis Ford Coppola

Le pape dans Le Parrain 3 ? Mais oui, souvenez-vous : dans cet opus de la saga de Coppola, Michael Corleone, interprété par Al Pacino, souhaite faire entrer les affaires de la famille dans la légalité. Le film se développe alors autour de la rumeur qui tourne autour d'un possible empoisonnement du pape Jean-Paul Ier, en 1978. Vatican, mafia, Pacino, Coppola... What else ?

Publicité

Sister Act - Émile Ardolino

C'était évident, mais il fallait en parler : le pape est l'objectif à atteindre dans la comédie culte Sister Act. Whoopi Goldberg et sa troupe de chanteuses du couvent de San Francisco déclament si bien leurs louanges au Seigneur qu'elles finissent même par se produire devant le pape Jean-Paul II.

Le souverain pontife est joué alors par un acteur du nom de Gene Greytak, choisi pour sa ressemblance troublante avec son homologue dans la vraie vie, Jean-Paul II. Lui-même catholique, il aurait obtenu la permission du diocèse de Los Angeles pour incarner le rôle du Saint-père. Il est décédé le 28 février 2010, cinq années après son modèle.

Par Théo Chapuis, publié le 06/09/2013

Copié

Pour vous :