AccueilCinéma

Palm Springs : c'est quoi cette comédie romantique qui bat tous les records ?

Publié le

par Manon Marcillat

(© Hulu)

Droits d'acquisition, audience et critique : ce premier film semble béni par les dieux du cinéma.

On vous en parlait il y a quelque temps et on avait visé juste : Palm Springs est la comédie de l’été qu’on attendait tous. Quand Un Jour sans fin rencontre Quatre mariages et un enterrement à Sundance, revisité à la sauce Lonely Island, ça donne cette ingénieuse comédie romantique qui cartonne à tous les niveaux.

On y fait la connaissance de Nyles et Sarah, un duo formé par l’imbécile heureux Andy Samberg (Brooklyn Nine-Nine) et la cynique Cristin Milioti (How I Met your Mother) qui se rencontrent lors d’un mariage à Palm Springs sous de classiques auspices de comédies romantiques produites à la pelle.

Mais les deux invités vont se retrouver prisonniers d’une boucle temporelle et vont inlassablement revivre cette même journée de mariage. Un jour sans fin que la présence de l’autre rendra finalement plus supportable que prévu pour un résultat drôle et moderne.

La Lonely Island touch

Si le duo Milioti/Samberg fonctionne si bien, c’est également grâce à la patte humoristique du collectif Lonely Island, producteur du long-métrage. Relativement peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique, le trio formé par le susnommé Andy Samberg, Akiva Schaffer et Jorma Taccone a été popularisé aux États-Unis grâce à sa participation au Saturday Night Live.

Bande de musiciens touche-à-tout, ils sont également un groupe de hip-hop parodique, connu pour ses légendaires featurings, et producteurs de courts-métrages drôlissimes. 

S’ils n’en sont pas à leur coup d’essai dans le cinéma, leur heure de gloire a visiblement sonné avec cette nouvelle comédie réussie qui signe un démarrage record sur Hulu. Mis en ligne le 10 juillet dernier, le film réalise le plus gros score d’audience pour un premier week-end depuis le lancement de la plateforme, selon les informations d’Indie Wire.

Il rejoint ainsi Parasite au panthéon des acquisitions "hululiennes" juteuses. Une semaine seulement après sa mise en ligne, le film de Bong Joon-ho réalisait déjà la meilleure audience pour un film en langue étrangère sur la plateforme américaine. Un prestigieux compagnon de podium pour notre trio de petits rigolos. 

Champion à Sundance

Mais ce n’est pas le seul record au palmarès de Palm Springs qui avait fait parler de lui avant sa mise en ligne sur Hulu. Lorsqu’il fut montré à Sundance en début d’année, il avait battu le record des droits d’acquisitions les plus chers de l’histoire du festival… de 69 centimes.

Hulu et Neon en avaient été les heureux propriétaires après avoir déboursé 17 500 000,69 dollars, dépassant ainsi The Birth of a Nation de Nate Parker qui avait été acquis par Searchlight Pictures pour 17,5 millions de dollars lors de l’édition 2016 du festival.

#PalmSprings

Et Hulu et Neon ont eu le nez creux puisque le film est également un véritable succès critique, devenant ainsi une des comédies les plus plébiscitées de l’année avec l’excellente moyenne de 93 % de critiques positives sur Rotten Tomatoes.

La presse spécialisée est unanime au sujet de cette comédie romantique qui relève le pari pourtant risqué de revisiter le principe de boucle temporelle du cultissime Un Jour sans fin sorti en 1993 et surexploité à l’écran depuis 28 ans.

Pour IndieWire, c’est "une brillante réinvention de la formule d’Un Jour sans fin", pour le Los Angeles Times, "Palm Springs parvient à trouver une joie un peu folle dans le principe de répétition avec des acteurs parfaitement assortis", pour Deadline, "cette comédie de distorsion temporelle intelligente et drôle est le film le plus intéressant d’Andy Samberg à ce jour", tandis que pour Variety, "la comédie régressive de Max Barbakow est un remix très rafraîchissant d’un genre surexploité".

Mais Palm Springs n’a pas uniquement la critique établie de son côté puisqu’il bénéficie également d’une critique amateure enthousiaste et de conversations exaltées sur les réseaux sociaux. Toujours selon IndieWire, le film est ainsi devenu la production originale Hulu la plus discutée sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, des débats certainement alimentés par une fin très ouverte à base de Brachiosaures. 

Palm Springs coche donc toutes les cases et relève de l’exploit puisqu’il est à la fois le premier film de son réalisateur, Max Barbakow, et de son scénariste, Andy Siara. De notre côté, on est très heureux de voir Andy Samberg apprécié à sa juste valeur.

À voir aussi sur konbini :