AccueilCinéma

Big in Japan, un documentaire nécessaire sur l'obsession pour la célébrité

Publié le

par Lucille Bion

( © Walking Fish Productions )

Dans son documentaire Big in Japan, David Elliot-Jones s'intéresse aux étrangers qui cherchent à devenir célèbres au pays du soleil levant. 

Après Hollywood, le nouveau terrain de prédilection des stars en herbe, c'est Tokyo. Tourné pendant deux ans dans la capitale des néons, Big in Japan cherche à comprendre la célébrité. Le titre fait notamment référence à l'étrange phénomène culturel qui fait que certains Occidentaux arrivent à devenir des vedettes au Japon, tout en restant inconnus chez eux.

David Elliot-Jones, une personne "tout à fait normale" selon ses propres termes, joue le jeu pour son documentaire, aux côtés de ses deux cameramen, en se lançant dans une sorte de mission à Tokyo, avec comme but de percer dans le star system. Pour réussir, l'homme au physique pas forcément avantageux semble prêt à tout : se baigner dans une eau glacée ou se balader en slip sur les routes de la capitale.

Ce cher Dave a bien compris que ce désir de célébrité avait contaminé beaucoup de monde depuis quelques années, comme une conséquence logique de l'utilisation massive des réseaux sociaux, qui poussent toujours plus les internautes à se mettre en scène.

La perte d'identité

Et effectivement, dans sa quête, tel un insecte attiré par la lumière des projecteurs, le héros du documentaire suit et observe, caméra à l'épaule, quelques étrangers tenter de devenir quelqu'un au pays du soleil levant.

Et la sélection de portraits tous plus absurdes les uns que les autres – de la femme à barbe à la masse obèse surnommée la bête, en passant par le vidéaste qui mange ses crayons pastels – nous prouve que la gloire est devenue une obsession particulièrement étrange.

Qui sont ces étrangers anonymes devenus des vedettes japonaises ? Que cherchent-ils ? Pourquoi ne peuvent-ils pas vivre sans sentir le regard des autres ? Et surtout... que reste-t-il de leur personnalité, maintenant qu'une part de leur corps, presque déshumanisé, appartient aux internautes ?

À voir aussi sur konbini :