On en sait un peu plus sur la suite de Sans un bruit

John Krasinski sera de la partie, et le film devrait sortir en mai 2020.

(© Paramount Pictures)

À peine sorti en salles, le film d’horreur intimiste de John Krasinski Sans un bruit s'est vu offrir une suite. Une nouvelle qui a pris la sphère cinéphile de court. Cette pépite, que l’on attendait depuis un bout de temps et qui nous laissait rêveurs, s’est révélée être un véritable carton au box-office mondial, captant plus de 328 millions de dollars à l’international.

Publicité

Maintenant qu’il est gravé dans le marbre que ce film est un franc succès, la Paramount peut avancer plus sereinement sur le projet de sequel. Annoncée lors de la CinemaCon, cette suite restait pour l’instant bien mystérieuse et n'avait même pas de titre.

On sait désormais de manière officielle, par le studio, que le film sortira aux États-Unis le 15 mai 2020. Une date assez proche, qui prouve l'intérêt de la boîte de production pour cette suite. Cela peut surprendre, surtout si on avait lu l'interview par Collider d'Andrew Form, producteur du film, qui avait parlé de ce dernier mais aussi d'une potentielle suite.

On y apprenait que John Krasinski serait bien rattaché au projet, mais surtout que les scénaristes prenaient leur temps :

Publicité

"Oh, [Kransinski est] définitivement impliqué. On a de la chance pour ce film-là. J’ai déjà eu des films où le studio nous disait 'Voilà la date, allons-y !', et pour celui-ci, on nous presse pas du tout, ce qui est incroyable. Donc on va prendre notre temps, réfléchir où on veut aller, mais on n’est pas pressé et on commence à peine à en parler."

À l’heure où les studios sont de véritables usines à sequels qui produisent à tout va, on se disait que voir la Paramount prendre son temps pour réfléchir à la forme du Schmilblick était une vraie bonne nouvelle. On espère que le studio sait ce qu'il fait et ne va pas gâcher le potentiel d'une franchise hyper rafraîchissante dans le paysage du cinéma d'horreur, et ne va pas faire les choses précipitamment. Affaire à suivre.

Par Arthur Cios, publié le 30/08/2018

Pour vous :