On en sait plus sur le remake américain d'Un prophète

Russell Crowe, mafia russe, italienne... Le casting se précise pour ce remake du chef-d'œuvre d'Audiard, annoncé depuis sept ans.

C’est un projet dont on parle depuis 2013. Le remake américain d’Un prophète, le long-métrage culte de Jacques Audiard aux neuf César, Grand Prix du Festival de Cannes, serait toujours en cours selon Variety. Intitulé American Son, le film semble enfin prendre forme. Le média américain révèle que Russell Crowe va rejoindre le casting sous les traits du mentor de la prison, joué dans la version originale par Niels Arestrup. 

Publicité

Pendant les sept ans qui se sont écoulés depuis l’annonce du projet, Robert de Niro, Al Pacino et Christopher Walken ont été approchés pour se glisser sous les traits du taulard. Si Tahar Rahim était la révélation du film, les studios pensaient à Will Smith ou Gael García Bernal pour reprendre le rôle, ce qui changerait totalement la nationalité du personnage principal pour mettre en avant les minorités afro-américaines ou latinos. 

Comme Tahar Rahim vient d’entamer une carrière américaine avec The Eddy, Marie Madeleine et The Looming Tower, ce serait une belle surprise qu’il reprenne son rôle principal. Idem pour le trop discret Reda Kateb alias Jordi le gitan dans Un prophète, son premier rôle au cinéma, puisqu’il a déjà tourné aux États-Unis dans Lost River de Ryan Gosling. 

En ce qui concerne l’histoire, toujours selon Variety, on parlerait désormais de mafia italienne ou russe dans le nouveau film, alors que le film original s’intéressait à la mafia corse. Paramount qui a repris le projet doit maintenant peaufiner son casting et l’on murmure dans les couloirs d’Hollywood que American Son est une priorité. 

Publicité

Le film sera réalisé par Andrew Onwubolu, mieux connu sous son blaze de rappeur Rapman. Le scénario a été écrit par l’immense Dennis Lehane, l’écrivain derrière Shutter Island, Mystic River ou Gone, Baby, Gone pour ne citer que trois de ces chefs-d'œuvre littéraires adaptés au cinéma. Affaire à suivre. 

Par Lucille Bion, publié le 14/05/2020