(Source : Bukowski par Origa, Commons Wikimedia)

L'oscarisé Nicolas Chartier adapte Bukowski au cinéma

Avec sa société Voltage, le producteur français Nicolas Chartier entreprend d'offrir à Women, célèbre roman de Charles Bukowski, son adaptation cinématographique. 

Publicité

Charles Bukowski a marqué la littérature de ses déboires et de ceux de ses personnages. C'est désormais ceux de Hank Chinaski, l'un des plus récurrents, qui vont distraire les spectateurs assis dans leurs fauteuils de cinéma. Le troisième roman de l'auteur, Women, a déjà été adapté par le scénariste américain Ethan Furman et devrait être produit par la société Voltage, dont le fondateur n'est autre que le français Nicolas Chartier, oscarisé en 2010 dans la catégorie "Meilleur film" pour Démineurs.

L'ouvrage, datant de 1978, retrace les aventures d'un poète et écrivain déchu qui n'est autre que l'alter-ego de Charles Bukowski. Inutile de rechercher la morale dans ce livre qui, fidèle à son auteur, suinte les plaisirs coupables et dépeint un idéal de débauche et d'incorrection. Passionné par les femmes, son personnage n'a de cesse de multiplier les conquêtes, compensant son mal-être par le sexe et les formes bien singulières d'affection que peuvent lui apporter les filles de passage dans sa vie. L'auteur est volontairement provoc, bien loin de tous les codes imposés par la société, et transpose sur son héros tous les travers qui le caractérisent.

Un pari risqué

Si la lecture de Women est déjà peu conseillée au très jeune public, l'adaptation ne saurait être différente. Cependant, le pari est risqué, puisque si Bukowski s'est forgé plus ou moins volontairement l'image du vieil homme abject, sa poésie reste unique en son genre et son univers, bien atypique.

Publicité

La date de l'immersion cinématographique dans le quotidien décadent de Hank Chinaski n'est pas encore dévoilée. Mais nul doute que la société de production qui a financé Dallas Buyers Club et produit Killer Joe n'aura pas misé sur le mauvais cheval en choisissant de risquer ce pari.

Par Aline Cantos, publié le 19/06/2015

Copié

Pour vous :