AccueilCinéma

Toudoum : Netflix va (enfin) payer ses impôts en France

Publié le

par Manon Marcillat

(© Netflix)

Dorénavant, le géant du streaming déclarera ses revenus hexagonaux au fisc français.

Dès janvier prochain, le chiffre d’affaires généré par les abonnés français de la plateforme sera déclaré en France et non plus aux Pays-Bas, selon les informations de Capital.

En effet, depuis l’arrivée de Netflix dans l’Hexagone en 2014, la société néerlandaise Netflix International BV permettait à la plateforme de payer des impôts beaucoup plus bas grâce à une fiscalité néerlandaise plus avantageuse.

Mais à partir de janvier, les abonnements à Netflix France seront souscrits auprès d’une société basée dans l’Hexagone, ce qui rendra impossible ce bricolage également pratiqué par d’autres GAFAM. Contacté par la rédaction de Capital, un porte-parole de Netflix a confirmé ces informations :

"Nous apportons des modifications à notre structure d’entreprise pour mieux refléter la croissance de nos activités en France. À compter de 2021, les revenus générés par nos abonnés français seront déclarés en France, et nous paierons l’impôt sur les sociétés en conséquence. […]"

La plateforme reste frileuse sur la communication de ses résultats mais Capital estime le montant de son chiffre d’affaires à 800 millions d’euros, en se basant sur les 6,7 millions d’abonnés que Netflix annonçait en janvier 2020 et en supposant qu’ils choisissent en majorité l’offre 11,99 euros par mois, comme l’indique la tendance.

Jusqu’à présent, le géant californien déclarait en France un chiffre d’affaires dérisoire de quelque 26 millions d’euros sur les 5,8 milliards de dollars engendrés au premier trimestre 2020 et versait au fisc français un impôt sur les bénéfices anecdotiques de 564 174 euros l’an dernier.

L’Hexagone souhaite encadrer les pratiques de Netflix qui ne cesse d’asseoir sa position d’acteur incontournable du cinéma. Ainsi, Roselyne Bachelot annonçait récemment l’obligation prochaine pour le géant du streaming d’investir 20 % à 25 % du chiffre d’affaires réalisé en France dans la production d’œuvres françaises ou européennes.

À voir aussi sur konbini :