AccueilCinéma

Netflix fait les yeux doux à Luc Besson

Publié le

par Marie Jaso

(© Gage Skidmore/Flickr/CC)

Le géant du streaming serait actuellement en négociation avec EuropaCorp, la société de Luc Besson, afin que ce dernier réalise plusieurs films pour Netflix.

Si EuropaCorp était dans la tourmente, il semblerait que ce ne soit déjà plus le cas. La société de production de Luc Besson − en recherche de financements et engagée dans un plan de sauvegarde de l’emploi − viendrait d’être approchée par Netflix, comme le rapporte Variety.

(© Gage Skidmore/Flickr/CC)

Actuellement en négociation avec EuropaCorp, la plateforme de streaming aurait proposé à Luc Besson de produire et réaliser plusieurs longs-métrages pour elle au cours des prochaines années. Les films issus de cette collaboration seraient des productions originales Netflix.

Pour ce faire, le cinéaste français bénéficierait de 30 millions d’euros. Un budget colossal qui laisse songeur quant à la possibilité d’offrir un deuxième volet à Valérian et la Cité des mille planètes, malgré la destinée funeste de ce film qui a creusé un peu plus la dette abyssale d’EuropaCorp, estimée à 230 millions d’euros.

Les négociations, qui auraient débuté l’année dernière, se seraient renforcées une fois Netflix positionnée comme potentiel investisseur après l’appel au sauvetage d’EuropaCorp. En plus de ce contrat portant sur plusieurs films, la plateforme envisagerait également de racheter une partie des parts et du catalogue de la société, évalué à 150 millions d’euros.

Ce projet d’investissement colossal n’est pas habituel pour Netflix, dont l’unique acquisition jusqu’ici reste Millarworld, la société d’édition de comics de Mark Millar (Kingsman), en août dernier. Cette alliance serait également une première pour EuropaCorp, davantage habituée à collaborer avec des distributeurs indépendants.

Luc Besson rejoindrait ainsi les talentueux Martin Scorsese et Damien Chazelle, qui travaillent déjà pour Netflix. Les deux sociétés ont pour le moment refusé tout commentaire quant à l’issue des discussions.

À voir aussi sur konbini :