AccueilCinéma

Au total, Netflix a décroché près de 90 nominations aux Oscars

Publié le

par Manon Marcillat

(© Netflix)

À l’approche de la cérémonie, cette infographie revient sur l’histoire entre Netflix et les Oscars.

The Father, Judas and the Black Messiah, Mank, Minari, Nomadland, Promising Young Woman, Sound of Metal, Les Sept de Chicago : ces beaux films pressentis depuis des mois entrent officiellement dans la course à la statuette dorée prévue le 25 avril prochain.

Et si Netflix n’est pas la bienvenue au Festival de Cannes, la plateforme est en revanche de mieux en mieux accueillie aux Oscars et, comme en 2020, elle domine une nouvelle fois la sélection cette année. L’an dernier, le géant du streaming avait récolté 24 nominations, avec Marriage Story et The Irishman en tête, mais nomination n’étant pas équivalent à victoire, la plateforme était repartie avec seulement deux statuettes, un ratio plus que perdant.

En 2021, Netflix bat donc un nouveau record en décrochant 35 nominations, notamment grâce aux dix citations de Mank de David Fincher et aux six nominations des Sept de Chicago d’Aaron Sorkin et du Blues de Ma Rainey. Et à l’approche de la cérémonie, une infographie édifiante récapitule l’ascension de Netflix aux Oscars.

Près de 90 nominations

Pour rappel, c’est en 2013 que Netflix décroche sa première nomination et récompense officielle dans une cérémonie de remise de prix grâce à House of Cards. Première série originale de la plateforme, elle est également la première série de l’histoire exclusivement sur Internet à être nommée aux Emmy Awards. Elle sera finalement élue Meilleure série dramatique et Robin Wright remportera un Golden Globe pour son interprétation de Claire Underwood.

Débarquée en France en septembre 2014, c’est la même année que la plateforme envoie son premier film, ou plutôt documentaire, aux Oscars avec The Square, qui repartira bredouille. Chaque année depuis, Netflix envoie un nombre exponentiel de ses productions concourir dans les différentes catégories.

Mais depuis 2019, la plateforme a donné un véritable coup d’accélérateur à sa production de films originaux et dépense désormais des sommes très importantes pour la promotion de ses films dans la course aux Oscars : l’an dernier par exemple, Netflix avait déboursé 70 millions de dollars, une somme démesurée même à l’échelle hollywoodienne.

Au total depuis 2014, Netflix a donc décroché près de 90 nominations pour 38 films nommés et 6 de ses films originaux ont remporté 8 statuettes, dont Les Casques blancs (Oscar du Meilleur court-métrage documentaire en 2017), Icare (Oscar du Meilleur film documentaire en 2018), Roma (lauréat de trois statuettes), Period, End of Sentence (Oscar du Meilleur court-métrage documentaire en 2019), Marriage Story (Oscar de la Meilleure actrice dans un rôle secondaire pour Laura Dern) et American Factory (Oscar du Meilleur film documentaire en 2020).

Une hégémonie grandissante

Mais cette année, Amazon Prime Video n’est pas en reste et rentre officiellement dans la course aux prix. En 2017, Manchester by the Sea, cofinancé par Amazon, était reparti de Los Angeles avec deux prestigieuses statuettes. Cette année, Netflix et Amazon ont récemment récolté à eux deux plus de la moitié des nominations de la catégorie cinéma pour les prix cinématographiques de l’association des producteurs d'Hollywood. Six des dix films retenus par la Producers Guild of America (PGA), baromètre relativement fiable en vue des Oscars, sont diffusés par des plateformes de vidéos à la demande.

Amazon – qui n’était pas en lice aux PGA l’an dernier – peut donc compter sur Borat 2, déjà primé aux Golden Globes, ainsi que sur One Night in Miami et Sound of Metal. Et grâce à ces mêmes films, la plateforme a décroché douze nominations aux Oscars.

Sur les 41 longs-métrages ayant au moins reçu une nomination cette année aux Oscars, 23 sont sortis directement sur une plateforme SVOD en France. Bien sûr, ce nombre exceptionnel de nominations a des causes structurelles puisque, Covid oblige, de très bons films initialement destinés aux salles ont atterri sur les plateformes. Mais comme le prouve cette infographie, les productions originales des services de streaming, de plus en plus souvent éligibles aux Oscars, consolident leur hégémonie.

À voir aussi sur konbini :