AccueilCinéma

Le mouvement Time’s Up apporte son soutien à Dylan Farrow face à Woody Allen

Publié le

par Marie Jaso

Interviewée par Oprah Winfrey aux côtés d’autres membres du mouvement Time’s Up, l’actrice Natalie Portman a affirmé croire Dylan Farrow, la fille adoptive de Woody Allen. Cette dernière accuse le cinéaste de l’avoir agressée sexuellement lorsqu’elle était enfant.

Interviewées par Oprah Winfrey, dans une chronique de l’émission Sunday Morning de CBS diffusée le 14 janvier, afin de promouvoir le mouvement Time’s Up, diverses personnalités de l’industrie cinématographique (les actrices Natalie Portman, Reese Witherspoon, America Ferrera et Tracee Ellis Ross, la showrunneuse Shonda Rhimes, la présidente de Lucasfilm Kathleen Kennedy, et l’avocate Nina Shaw) ont abordé le cas de Woody Allen.

Pour Natalie Portman, ce fut l’occasion d’apporter publiquement son soutien à Dylan Farrow, la fille adoptive du réalisateur, qui a accusé ce dernier à plusieurs reprises de l’avoir agressée sexuellement en 1993, alors qu’elle était âgée de seulement sept ans. En l’absence de preuves tangibles pour caractériser un abus ou une maltraitance, Woody Allen n’a cependant jamais été inculpé. Et si le doute plane autour de cette affaire, Natalie Portman a quand même tenu à partager ses certitudes, appuyées par les acquiescements silencieux de ses camarades présentes :

"Je te crois Dylan. Je te crois."

Elle a ensuite abordé le problème plus large du sexisme :

"Ce n’est pas parce que vous avez une fille que vous respectez une femme. Ce n’est pas parce que vous avez une épouse ou une sœur, c’est parce que nous sommes des êtres humains, que nous soyons apparentées à un homme ou non. Au fond, on parle simplement du respect qui nous est dû en tant qu’individus."

Cette mise au point était une réponse indirecte à un thread Twitter de Dylan Farrow, publié le soir des Golden Globes, le 7 janvier :

Traduction : "C’est le dimanche des Golden Globes. Quatre ans plus tôt, Woody Allen s’est vu récompensé du prix Cecil B. DeMille pour l’ensemble de sa carrière. Quatre ans plus tôt, j’ai décidé que c’en était assez et j’ai écrit une lettre ouverte détaillant ce que m’a fait subir Woody Allen."

"J’ai pensé que cela ferait une différence. J’ai pensé que les choses changeraient. J’ai appris vite (et douloureusement) que mon optimiste était déplacé. Son temps n’était pas arrivé à terme."

Traduction : "Aujourd’hui, quatre ans plus tard, c’est à nouveau le dimanche des Golden Globes et beaucoup, si ce n’est la majorité, porteront du noir sur le tapis rouge en solidarité avec le mouvement #TIMESUP. Ils protesteront contre les agressions et le harcèlement sexuels au sein de leur industrie, comme dans les autres. Bien. Je me tiens à leurs côtés. #metoo"

"Mais une question se pose : le temps est-il maintenant arrivé ? Est-ce vraiment un point de non-retour ? Je n’ai aucun doute sur le fait que c’est peut-être le cas. Je n’ai aucun doute sur le fait que c’est le bon moment. Mais pour que les choses changent significativement, elles doivent changer irrévocablement."

Traduction : "Aucun prédateur ne devrait être épargné au nom de son 'talent', sa 'créativité' ou son 'génie'. Toutes les pistes doivent être suivies. Les principes de ce mouvement doivent être appliqués avec rigueur et sans exception."

"Je vais regarder [la cérémonie] ce soir avec un sentiment différent de celui que je ressentais quatre ans plus tôt. Je vais regarder avec optimisme, avec espoir, et avec la ferme croyance qu’un avenir meilleur est devant nous. Et je vais regarder pour m’assurer que l’heure est également enfin venue pour mon prédateur."

Dylan Farrow a récemment reproché aux actrices Blake Lively et Kate Winslet de soutenir le mouvement Time’s Up sans pour autant dénoncer les agissements de son père adoptif (avec qui elles ont travaillé). Elle a admis admirer les prises de position d’Ellen Page, qui a confié regretter d’avoir travaillé avec Woody Allen, et des actrices Jessica Chastain et Susan Sarandon, qui ont affirmé ne jamais bosser avec lui à l’avenir.

L’heure est (semblerait-il) à la rédemption pour de nombreux acteurs qui, regrettant leur(s) collaboration(s) avec Woody Allen, ont décidé de reverser leurs salaires touchés pour les films en question au fonds d’aide aux victimes du mouvement Time’s Up. Après Rebecca Hall (Vicky Cristina Barcelona, Le Bon Gros Géant), le jeune acteur Timothée Chalamet (Interstellar, Call Me By Your Name, Lady Bird) a annoncé le 16 janvier avoir pris la même décision, via son compte Instagram. Tous deux pris de remords après avoir tourné dans A Rainy Day in New York, ils espèrent ainsi prendre part à un mouvement important, qui compte bien mettre un terme à une culture de violence, d’injustice et de silence.

À voir aussi sur konbini :