AccueilCinéma

Mourir peut attendre est le plus gros succès mondial depuis la crise sanitaire

Publié le

par Paul Bled

C’est officiel.

Le retour de l’emblématique espion anglais a su réunir un nombre conséquent de spectateurs à travers le monde. Le film a même devancé Fast and Furious 9, qui n’a cumulé "que" 721 millions de dollars au box-office mondial. La France a aussi, à sa manière, honoré le long-métrage en cumulant près de 4 millions d’entrées en l’espace de sept semaines d’exploitation.

Le 24e volume de la saga 007 s’est montré aussi productif que rentable avec un total d’entrées suffisamment conséquent pour signifier le retour du public dans les salles obscures après la pandémie. Le film est allé se hisser comme le plus gros succès mondial dans les cinémas après la crise sanitaire. La réaction des patrons de la MGM ne s’est pas fait attendre :

"Nous sommes ravis de voir le public revenir dans les salles du monde entier et de leur soutien à l’expérience cinématographique. Après un long délai et tellement de reports, nous sommes particulièrement heureux de constater que 'Mourir peut attendre' ait diverti autant de cinéphiles dans le monde entier […]. Cette réussite rend hommage à Daniel Craig et à l’ensemble de la distribution, ainsi qu’a notre réalisateur Cary Joji Fukunaga, aux producteurs et à l’équipe qui a signé ce film incroyable."

Pour autant, malgré ce succès, le magazine américain Variety estime que les studios MGM font face à une perte de 100 millions de dollars :

"Le film a coûté plus de 250 millions de dollars à produire, au moins 100 millions de dollars à promouvoir et des dizaines de millions de plus en raison du report de sa sortie pendant seize mois. Des sources internes estiment que 'Mourir peut attendre' doit rapporter près de 900 millions de dollars pour atteindre son seuil de rentabilité […]. En conséquence, le film risque désormais de perdre 100 millions de dollars avec sa sortie en salles, selon des sources proches de la production."

Dans la foulée, la MGM a démenti cette analyse, la considérant comme "fausse". Quoi qu’il en soit, Mourir peut attendre vient se placer en troisième position dans l’histoire des James Bond en termes de rentabilité juste après Spectre (2015), qui avait rapporté 867 millions de dollars, et Skyfall (2012), qui avait dépassé le milliard de dollars de recettes.

À voir aussi sur konbini :