Actress Mireille Darc (Photo by Jacques Dejean/Sygma via Getty Images)

Mireille Darc, grande dame du cinéma français, s’en est allée

Le cinéma français vient de perdre l’une de ses plus grandes actrices, qui s’est éteinte à l’âge de 79 ans.

© Jacques Dejean/Sygma via Getty Images

Le cinéma français est en deuil. Après Jeanne Moreau et Alain Berberian, c’est une autre étoile du 7e art qui s’en est allée. À 79 ans, Mireille Darc a succombé à une attaque cérébrale dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 août, a annoncé son mari Pascal Desprez à RTL. Atteinte d’un souffle au cœur depuis sa naissance, l’actrice avait subi plusieurs opérations dans le passé et souffert de deux hémorragies cérébrales en 2016.

Publicité

Pour la jeune génération, Mireille Darc c’est surtout Catherine Sinclair dans la série Franck Riva (2003-2004), l’un de ses derniers rôle à l’écran. Avec plus d’une cinquantaine de longs-métrages à son actif, l’actrice s’était surtout fait remarquer dans les années 1960 et 1970, jouant au côté des plus grands acteurs du cinéma français, notamment Louis de Funès et Alain Delon, dont elle partagea la vie pendant quinze ans. Alternant entre comédies et polars, cinéma populaire et films d’auteur, Mireille Darc a d’abord tapé dans l’œil du public avec Pouic-Pouic (1963) puis Des pissenlits par la racine de Georges Lautner (1964), cinéaste qui fera d’elle son égérie. Ils tourneront 13 films ensemble, dont Les Barbouzes (1964), qui fit d’elle une star. En 1972, celle qui est désormais une icône du cinéma français fait tourner bien des têtes, et surtout celle de Pierre Richard, vêtue d’une robe noire mythique dans Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972) d’Yves Robert.

Mireille Darc, que l’on avait longtemps surnommée "la grande sauterelle", en référence à l’un de ses films avec Lautner, avait ensuite laissé le cinéma de côté dans les années 1990 pour le petit écran et opté avec l’esprit d’indépendance qui la caractérisait pour des séries populaires comme Les Cœurs brûlés (1992) ou Les Yeux d’Hélène (1994). Passant de l'autre côté de la caméra, elle avait également signé plusieurs documentaires pour la télévision sur des sujets engagés comme les femmes SDF ou la prostitution. 

Publicité

Par , publié le 28/08/2017

Pour vous :