AccueilCinéma

Comment on est passé à côté d’un Mission impossible réalisé par David Fincher

Publié le

par Paul Bled

Le troisième volet de la saga, signé J. J. Abrams, aurait pu être celui de David Fincher : on vous explique.

Depuis plus de vingt ans, Mission impossible s’impose comme une des meilleures sagas de film d’espionnage. Avec six films et un septième annoncé, elle est aussi prolifique que rentable. Sa force ? Avoir vu défiler de nombreux réalisateurs de talent, à commencer par Brian De Palma, qui a signé le premier opus en 1996, ou Brad Bird, réalisateur de Mission impossible : Protocole fantôme, également connu pour Les Indestructibles de Pixar et le très touchant Le Géant de fer, brillamment mis en scène. Cette volonté de renouveau offre à chaque film un vent de fraîcheur bienvenu.

Mais la production du troisième opus, réalisé par le cinéaste J. J. Abrams, s’est avérée plus compliquée, raconte Collider. Tom Cruise, rôle principal et producteur de la saga avec Paramount, avait initialement ouvert la discussion quant au futur metteur en scène et, en 2002, ce fut David Fincher qui fut pressenti pour cette mission. Le cinéaste fut d’abord séduit par cette idée de scénario "très cool" et "très violent", mais suite à quelques désaccords avec la production et Tom Cruise, il quittera le navire, comme il l’expliquait à MTV en 2008.

"Je crois que les problèmes avec les troisièmes films d’une franchise, c’est que les gens qui financent sont devenus des experts sur la façon dont il faut les faire et ce à quoi ça doit ressembler. Quand on possède une franchise comme ça, on n’a pas envie d’avoir des avis extérieurs. Je ne suis pas le genre de personne à dire : 'Regardons les deux derniers films pour voir ce qu’on peut faire.' Vous ne m’entendrez jamais dire : 'On fait ce qui est le plus simple pour vous.'"

Pendant que Fincher se concentrera sur Zodiac, la recherche du réalisateur de Mission impossible 3 se poursuit et la production se dirige vers Joe Carnahan, qui chapeautera le projet pendant 15 mois et sollicitera une "petite" équipe d’acteurs, composée de Scarlett Johansson, Kenneth Branagh et Carrie-Anne Moss. Mais les choses dégénéreront à nouveau et le metteur en scène quittera à son tour le projet en 2004.

Tom Cruise décide alors de croire en l’expertise de J. J. Abrams pour mener à bien cette nouvelle croisade cinématographique. À l’époque, le réalisateur n’a jamais pris les pris les rênes d’un film, mais Tom Cruise a déjà pu apprécier son travail sur les séries Lost et Alias et estime qu’il est la personne qu’il lui faut pour cette nouvelle mission.

Mais le cinéaste est encore lié par des contrats sur ses séries et devra attendre avant d’officialiser son rôle de réalisateur sur Mission impossible 3. Entre-temps, l’équipe d’acteurs qu’avait recrutée l’ancien réalisateur se désistera du projet pour des questions d’emploi du temps. Pour mener à bien son œuvre, Tom Cruise va même revoir son cachet à la baisse.

Malgré toutes ces mésaventures de production, le film sera un succès mondial, engrangera 400 millions de dollars au box-office et propulsera la carrière de J. J. Abrams dans les plus hautes sphères hollywoodiennes. Il réalisera par la suite Super 8, il supervisera artistiquement Star Trek et mettra en scène Star Wars 9, un accomplissement pour ce fan absolu de la saga.

À voir aussi sur konbini :