Michael B. Jordan jouera dans le remake du polar coréen A Bittersweet Life

La pluie de remakes continue de s’abattre sur Hollywood. Le prochain ? Celui du polar sud-coréen A Bittersweet Life. Michael B. Jordan sera de la partie.

© Walt Disney/Marvel

Les projets s’amoncellent pour Michael B. Jordan. À 30 ans, le Californien, à l’affiche du très attendu Black Panther qui sortira le 14 février 2018, fera prochainement équipe avec Jennifer Yuh Nelson, la réalisatrice des deuxième et troisième volets de Kung Fu Panda. Et cette collaboration, pour le moins incongrue, ne se fera pas dans le sérail du film d’animation. Oh que non. La paire œuvrera en effet pour redonner un souffle nouveau au long-métrage sud-coréen A Bittersweet Life, duquel ils aspirent à faire le remake sous la houlette de la Fox.

Publicité

On vous l’accorde : c’est une idée incongrue, notamment après le four retentissant du regrettable Old Boy de Spike Lee. Sorti sur les écrans français en 2005, A Bittersweet Life, porté par l’excellent et charismatique Byung-Hun Lee, mettait en scène un chef de gang qui priait son bras droit de bien vouloir pister sa femme et l’éliminer si elle s’adonnait à des mamours avec d’autres hommes. Son cinéaste, le géant Kim Jee-woon, offrait pour l’occasion au public un polar jouissif, aussi rythmé que dopé à l’humour noir.

Michael B. Jordan endosserait vraisemblablement le rôle du sbire, même si les choses ne sont pas encore parfaitement définies. Ce qui l’est en revanche, c’est sa participation prochaine à une nouvelle adaptation de Fahrenheit 451, le roman de Ray Bradbury, destinée à la chaîne câblée HBO. Il y donnera la réplique à Michael Shannon, devant la caméra de Ramin Bahrani, le réalisateur du probant 99 Homes. Découvert à la télévision grâce aux fabuleuses séries The Wire et Friday Night Lights, Jordan s’est démarqué au cinéma avec Chronicle et Fruitvale Station avant d’être propulsé au rang de star grâce à son rôle d’Adonis dans Creed, qu’il reprendra le temps d’un second opus. Des projets, donc.

Publicité

Par Mehdi Omaïs, publié le 18/08/2017

Pour vous :