AccueilCinéma

Spielberg recrute Tom Hanks et Meryl Streep pour The Post, un thriller très politique

Publié le

par Lucille Bion

( Tom Hanks et Steven Spielberg © Twentieth Century Fox )

Steven Spielberg va s'intéresser aux Pentagon Papers, un scandale qui a défrayé la chronique aux États-Unis à l'époque de la guerre du Viet Nâm. Pour ce nouveau film historique, le réalisateur retrouve Tom Hanks, qui donnera la réplique à Meryl Streep.

Tom Hanks et Steven Spielberg sur le plateau du <em>Pont des espions</em>. (© Twentieth Century Fox )

Après le téléfilm Les Hommes du Pentagone, signé en 2003 par Rod Holcomb, Steven Spielberg s'empare lui aussi de l'affaire des Pentagon Papers. Son prochain film, The Post, rendra hommage à deux journalistes du Washington Post, Ben Bradlee et Katherine Graham, interprétés par Tom Hanks et Meryl Streep.

En divulguant, avec leurs confrères du New York Times, un document secret-défense révélant les véritables agissements politiques et militaires des États-Unis au Viet Nâm, ces journalistes eurent une grande influence sur l'opinion publique. Le terme Pentagon Papers désigne une étude secrète du Département de la défense, rédigée par 36 officiers militaires et experts politiques civils, à la demande du secrétaire de la Défense, Robert McNamara. Conjuguée au scandale du Watergate, l'affaire des Pentagon Papers conduisit le président Richard Nixon à démissionner le 9 août 1974.

Deux ans après Le Pont des espions, Steven Spielberg retrouve donc Tom Hanks pour une cinquième collaboration après Le Terminal, Il faut sauver le soldat Ryan et Arrête-moi si tu peux. Meryl Streep, oscarisée en 2012 pour La Dame de fer et qui a délivré cette année un discours très politique lors des Golden Globes, se glissera une nouvelle fois dans la peau d'une femme forte, Katharine Graham. Celle-ci embaucha Ben Bradlee, rédacteur en chef sous l'égide duquel le Washington Post a gagné ses galons de quotidien de référence.

Entre rebondissements, manœuvres et traquenards, The Post s'annonce comme un Spielberg très politique.

À voir aussi sur konbini :