@https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Meryl_Streep_at_the_Tokyo_International_Film_Festival_2016#/media/File:Meryl_Streep_from_%22Florence_Foster_Jenkins%22_at_Opening_Ceremony_of_the_Tokyo_International_Film_Festival_2016_(32801846794).jpg

Meryl Streep revient sur l'affaire Weinstein et s'explique sur son silence

De nouveau interrogée sur son silence concernant l’affaire Weinstein, l’actrice a fait savoir qu’elle considérait nécessaire que d’autres voix se fassent plutôt entendre sur la cause féministe. En tête, l’entourage féminin de Trump.

(© Dick Thomas Johnson/Wikimedia/CC)

Publicité

Quelques jours seulement après avoir participé au lancement de la plateforme Time’s Up, le 1er janvier, dont l’ambition est de mettre un terme au harcèlement et aux agressions sexuelles dans le monde du travail, Meryl Streep a de nouveau été interrogée sur l’affaire Weinstein.

L’actrice – qui a collaboré avec le producteur à plusieurs reprises – a en effet été accusée d’avoir été au courant des agissements sordides de ce dernier et d’avoir volontairement gardé le silence. Elle a d’ailleurs récemment vu une affiche de son visage barré d’un "She knew" ("elle savait") placardée dans les rues de Los Angeles – avant que son auteur, Sabo, n’explique finalement au Guardian qu’il s’agissait d’une marque de soutien à Trump, contre qui l’actrice s’est toujours élevée.

Dans une interview accordée au New York Times à l’occasion de la promotion de son prochain film, Pentagon Papers, Meryl Streep est revenue sur cette affaire. Dans un premier temps, elle a tenu à justifier son absence de réaction au moment de l’éclatement du scandale en octobre :

Publicité

"J’ai appris ça un vendredi et je suis rentrée chez moi retourner à ma vie. Puis quelqu’un m’a dit que sur Morning Joe [émission matinale d’information, ndlr], on s’offusquait du fait que je n’avais toujours pas répondu. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux. Je devais vraiment réfléchir. Parce qu’en plus de ma propre ignorance, ça a véritablement souligné à quel point l’homme était maléfique, profondément malsain, et en même temps, un tel champion dans l’industrie, où il faisait du très bon travail.

Vous faites des films. Vous pensez tout savoir de tout le monde. Il y a tellement de rumeurs. Mais en réalité, vous ne savez rien. Parce que dans une certaine mesure, les gens sont impénétrables. Et c’est un choc. Certaines personnes que j’apprécie ont été terrassées par cette histoire, mais il n’est pas l’un d’entre eux."

"Je n’ai pas envie d’entendre parler de mon silence"

Comme elle l’avait déjà fait dans sa lettre ouverte à l’attention de Rose McGowan, après que cette dernière l’a taclée d’hypocrite, Meryl Streep a ensuite maintenu que son silence était dû à son ignorance et ne pouvait être ainsi associé à de la complicité :

"Honnêtement, concernant Harvey, je ne savais vraiment pas. Je pensais qu’il avait des petites amies. Mais quand j’ai entendu les rumeurs sur des actrices, j’ai cru que c’était un moyen de discréditer l’actrice et sa capacité à décrocher un job.

Cela m’avait vraiment irrité, mais je ne me doutais absolument pas qu’il les abusait. Il ne m’a jamais invitée dans une chambre d’hôtel. Je ne sais pas comment il a pu mener sa vie sans que personne ne sache exactement ce qu’il faisait."

Publicité

Enfin, interrogée sur le fait de savoir si elle comprenait pourquoi sa réaction était particulièrement attendue, l’actrice multirécompensée a préféré dénoncer le silence des femmes du clan Trump, qui se tiennent soigneusement à l’écart du mouvement #MeToo :

"Je n’ai pas envie d’entendre parler de mon silence. J’ai envie d’entendre parler du silence de Melania Trump. J’ai envie d’avoir sa version. Elle a tellement de choses importantes à dire. Tout comme Ivanka. J’aimerais qu’elle s’exprime maintenant."

Si de nombreux rapprochements ont pu être faits entre le producteur et le président américain – également auteur de gestes déplacés et propos humiliants à l’encontre de la gent féminine –, Meryl Streep, en choisissant de braquer le projecteur sur d’autres femmes, n’a peut-être pas choisi la meilleure manière de dénoncer plus fermement ces derniers.

Publicité

Par Marie Jaso, publié le 04/01/2018

Copié

Pour vous :