(© Quat’Sous Films / Pathé Films / France 2 Cinéma / Good Films / Bianca / Nuvola Film)

Mektoub My Love : retour sur la polémique qui entoure le film

Abdellatif Kechiche a récemment pris la parole dans une lettre rendue publique.

Rebondissements dans l’affaire qui avait secoué la Croisette. Six semaines après la projection du film à Cannes, Abdellatif Kechiche a décidé de réagir aux accusations concernant le tournage du deuxième opus de sa série sur la jeunesse sétoise, Mektoub My Love : Intermezzo. On vous résume la polémique qui vient une nouvelle fois ternir la réputation du sulfureux réalisateur. 

Malaise sur la Croisette

Rapide rappel des faits : le 24 mai dernier, lors du 72e Festival de Cannes, a été projeté le très attendu second volet de Mektoub My Love. Résultat : 3h30 d’images dont les trois quarts se déroulent dans une boîte de nuit, difficiles à digérer pour de nombreux festivaliers ayant assisté à la projection. C’est notamment une scène de sexe non simulée, un cunnilingus de 14 minutes, qui a créé le malaise et jeté un froid sur la Croisette.

Publicité

Après les révélations de Léa Seydoux ayant terni le succès critique de La Vie d’Adèle, récompensé d’une Palme d’Or en 2013, Abdellatif Kechiche se retrouve à nouveau au cœur des critiques. C’est notamment sa relation avec Ophélie Bau, son actrice principale, qui interroge. Présente sur le tapis rouge pour la montée des marches, la comédienne s’est éclipsée au début de la projection et fut également absente de la conférence de presse du lendemain. À l’issue de la projection, Kechiche a lui aussi quitté la salle précipitamment. Un témoignage relayé par Midi Libre, relatant la consommation d’alcool sur le plateau et les pressions exercées sur les équipes, avait alors fini d’alimenter la polémique. 

"Un complot de marionnettes"

Le 1er juillet dernier, Abdellatif Kechiche est sorti de son silence dans une lettre adressée à Elisabeth Tanner, l’agente d’Ophélie Bau, et transmise à une journaliste de L’Express, partagée sur Twitter par cette dernière "afin de réparer l’honneur d’Ophélie Bau et [d’Abdellatif Kechiche]."

Publicité

Dans son courrier, le réalisateur, déterminé à "éclaircir une situation alarmante et nuisible", dénonce un complot organisé contre lui. L’agent de l’actrice et le Syndicat des agents artistiques français qu’elle préside en seraient, selon lui, les principaux instigateurs. Il accuse également deux médias, mis au préalable dans la confidence, d’avoir relayé "ce pathétique scénario".

Publicité

Afin de faire cesser toute rumeur concernant les conditions de tournage de Mektoub My Love: Intermezzo, Kechiche propose à Elisabeth Tanner de mettre à sa disposition "tous les rushes du film afin [qu’elle puisse constater par elle-même] à quel point chaque action est travaillée par les acteurs et non soutirée par je-ne-sais-quel subterfuge comme on veut le faire croire aujourd’hui."

Une proposition qui n’a pas manqué de faire réagir l’agent d’Ophélie Bau, dont la réponse officielle ne s’est pas fait attendre. Dans une lettre rendue publique mardi par l’AFP, Elisabeth Turner s’étonne de cette proposition, plutôt inhabituelle de la part d’un réalisateur, affirmant n’avoir fait "aucune déclaration publique à propos ou à l’encontre du film ou des conditions de tournage."

Publicité

"Ce n’est après tout que du cinéma"

Dans sa réponse, Elisabeth Tanner revient également sur la longue séquence de sexe non simulé, à l’origine du schisme. Elle y explique que l’unique requête formulée par Ophélie Bau concernant le film était de pouvoir visionner la séquence controversée avant la projection publique. Requête à laquelle Kechiche n’aurait pas souhaité accéder. C’est selon elle la seule et unique raison pour laquelle l’actrice n’a pas assisté à la projection publique de Mektoub My Love au Festival de Cannes, "déstabilisée et fragilisée à l’idée de découvrir pour la première le film dans de telles conditions."

Après avoir soutenu qu’Ophélie Bau n’a jamais manifesté la moindre gêne quant à sa nudité ou à la dimension érotique de certaines scènes, Kechiche conclut son courrier par une proposition assez inédite, en proposant "d’inviter volontiers Ophélie à la table de montage pour [lui] signifier précisément ce qui choque sa pudeur et [il s]'engage, dans la mesure du possible, à éliminer dans le montage du film les plans qui la gêneraient encore." Un "engagement public" dont a pris acte l’agent de l’actrice dans sa réponse publique de ce mardi. C’est une concession extrêmement rare qui confirme le profond malaise, palpable à l’issue de la projection à Cannes. 

Et Kechiche de conclure sa lettre par une citation des plus surprenantes, surtout de la part d’un réalisateur radicalement dédié à son art, jusqu’aux limites du harcèlement moral envers ses acteurs et ses équipes : "Ce n’est que du cinéma après tout."

Mektoub My Love: Intermezzo n’a pas encore de date de sortie ni d’interdiction. Cependant, si cette fameuse scène n’est pas coupée au montage, elle exposerait très probablement le film à une interdiction aux moins de 16 ans, voire de 18 ans.

Par Manon Marcillat, publié le 04/07/2019

Copié

Pour vous :