AccueilCinéma

Il y a 35 ans, Marty McFly a failli traverser le temps dans... un frigo

Publié le

par Aurélien Chapuis

Alors que Retour vers le futur fête ses 35 ans, on vous explique pourquoi la mythique DeLorean a failli ne jamais exister.

Pendant la production de Retour vers le futur, Marty McFly, le héros joué par Michael J. Fox, a longtemps été associé à un frigo. En 1980, Bob Gale et Robert Zemeckis (dit Bob) commencent l’écriture d’un film de voyage dans le temps. Pour raconter cette rencontre entre un jeune de 1982 et ses parents en 1952, ils sont aidés par leur ami d’école, Steven Spielberg.

Robert Zemeckis, Bob Gale, Michael J.Fox, Martin Scorsese et Steven Spielberg sur le tournage de <em>Retour vers le futur.</em>

Dans cette première version, le jeune Marty devait voyager dans un réfrigérateur propulsé par une énergie nucléaire mélangée à du Coca-Cola pour utiliser à fond les codes de la pop culture des 80’s. Mais pour le retour, bien avant l’idée de la foudre sur l’horloge de l’hôtel de ville, le docteur Emmet Brown devait utiliser un véritable essai nucléaire qui a eu lieu dans le désert du Nevada, en 1952. Le but du retour trente ans avant, et donc de l’action en 1982, venait vraiment de ce pivot d’essai nucléaire, une histoire charnière pour le film.

Bob et Bob abandonnent vite le frigo, ayant peur que les jeunes fans du film essayent de faire comme Marty McFly chez eux. À cette époque, de nombreux accidents domestiques arrivent avec des enfants qui jouent avec des réfrigérateurs laissés à l’abandon dans la rue, se retrouvant enfermés et asphyxiés dans le frigo. Des campagnes de prévention sont même lancées à travers un épisode de la série Punky Brewster ou du dessin animé GI Joe

Bref, ça tombe très mal et ce n’est clairement plus une bonne idée pour la production du film. Exit le frigo. Et là, vient l’idée de la mythique voiture DeLorean. En choisissant une voiture, les deux Bobs et Steven pensent qu’il est sûrement plus logique que ce soit un élément qui bouge (et vite) qui puisse traverser le temps, et non un simple réfrigérateur.

L’idée du frigo disparaît alors complètement du scénario, pour notre plus grand bonheur. Par contre, l’autre partie du script, celle avec les essais nucléaires, reste dans le storyboard, et pour un bon moment. La scène est entièrement prête, jusqu’au tournage, comme le montre cette vidéo reprenant tous les dessins préparatoires.

L’idée de lier la paranoïa de la guerre froide, très présente dans les années 1950, avec l’actualité des années 1980 est vraiment importante pour les Bob et Spielberg. Ils ont grandi dans cet univers d’expériences gouvernementales bizarres et de culture du secret, souvent repris dans leurs films. Finalement, les essais nucléaires comme propulseurs dans le temps seront abandonnés au dernier moment car trop onéreux en production. Un essai nucléaire, ça coûte cher. Le scénario passe donc au tout électrique. Et le film ne se déroule plus en 1982 et 1952, mais en 1985 et 1955. Toutes les cartes sont rebattues.

Déçu, Steven Spielberg utilisera cette idée deux décennies plus tard, dans Indiana Jones et le Crâne de cristal. Il va même plus loin et place Harrison Ford dans un frigo pour échapper aux… essais nucléaires de 1952, dans le Nevada. Pendant l’explosion, Indy est propulsé dans les airs et s’en sort in extremis. Spielberg réutilise quasiment tout ce qui était prévu pour Marty McFly au début des années 1980. Dans le cinéma comme ailleurs, "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", même vingt ans après.

Mais au final, ce quatrième film de la série Indiana Jones est boudé par la critique, synonyme d’une véritable catastrophe… nucléaire. En gros, ne parlez pas trop de Marty McFly et de frigo devant Spielberg, ça jette un froid.