AccueilCinéma

L'hommage émouvant de Peter Jackson à Sir Ian Holm, son fabuleux Bilbon Sacquet

Publié le

par Lucille Bion

"Ian était un homme tellement charmant et généreux".

"Je suis très triste depuis la mort de Sir Ian Holm". Voilà comment débute l’hommage de Peter Jackson, réalisateur de la franchise du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, à son acteur fétiche qui a notamment prêté ses traits à Bilbon Sacquet. Le comédien, monument de la pop culture, s’est éteint le 19 juin à l’hôpital, entouré de sa famille. 

Le cinéaste le décrit d’abord dans son post Facebook comme quelqu’un de "calme, mais effronté, avec une belle étincelle dans les yeux", avant de revenir sur leur rencontre : 

"Au début des années 2000, avant que nous ne commencions à tourner les scènes de Bilbo pour 'Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau', j’étais anxieux à l’idée de travailler avec un tel acteur, adulé de tous, mais il m’a immédiatement mis à l’aise.

Planté devant Cul-de-Sac [sa maison dans le film, ndlr] le premier jour de tournage, avant que les caméras ne tournent, il m’a pris à part et m’a dit qu’il essayerait différentes choses à chaque prise, mais que je ne devrais pas paniquer. Si, après cinq ou six prises, il ne m’avait pas donné ce dont j’avais besoin, je pourrais lui donner une direction de jeu spécifique. Et c’est exactement ce que nous avons fait. Mais extraordinairement, ses lectures et ses performances étaient tout à fait merveilleuses. Il avait rarement besoin d’être dirigé."

Peter Jackson évoque ensuite son efficacité et son dévouement sur le tournage en expliquant, à travers un exemple touchant, que Ian Holm n’a pas hésité à lire des histoires aux enfants figurants sur le tournage, pour les occuper et qu’ils restent en place, pendant que l’équipe technique modifiait l’emplacement des caméras entre chaque prise. L’acteur aurait ensuite confié au réalisateur qu’il n’avait jamais travaillé aussi dur sur un film ! 

La maladie de Parkinson

Une décennie après Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi, le dernier volet de la trilogie, Peter Jackson est revenu vers l’acteur pour lui proposer de jouer les scènes d’ouverture du Hobbit. Lors d’un dîner organisé pour cette discussion, le regretté leur apprend la mauvaise nouvelle : 

"Il nous a dit qu’il était désolé mais qu’il ne pourrait pas le faire. Alors que nous étions déjà sous le choc, il nous a confié qu’on lui avait diagnostiqué la maladie de Parkinson. Il avait du mal à marcher et ne pourrait certainement pas voyager jusqu’en Nouvelle-Zélande. Toujours très discret, il a ajouté qu’il avait pris sa retraite mais qu’il ne l’officialisait pas publiquement.

C’était un coup dur car nous avions bossé et avions imaginé qu’il pourrait reprendre le rôle en tant que Bilbo âgé et que Martin Freeman incarnerait la version jeune. Je lui ai décrit l’idée et il a bien aimé. Je lui ai aussi raconté comment ma mère et mon oncle ont tous les deux enduré la maladie de Parkinson pendant des années, et que j’étais très familier des conséquences de cette maladie."

Le réalisateur ajoute qu’il savait que lorsque Ian Holm a accepté ce rôle, il lui faisait une faveur. Affaibli par sa maladie, le tournage s’est donc déroulé à Londres, avec une équipe très réduite et sa femme, Sophie De Stempel, se rendait chaque jour sur le tournage pour les aider et le soutenir. Peter Jackson explique qu’il était bien conscient que c’était la dernière performance de Ian Holm et précise que "c’était incroyablement courageux de sa part de faire ça et très émouvant pour tous ceux qui ont pu assister à cela." 

Cet hommage émouvant, lui aussi, que vous pouvez lire en entier ci-dessous, est agrémenté de photos inédites, rappelant combien l’absence de Ian Holm va manquer au cinéma. 

À voir aussi sur konbini :