Beta Films

Les 5 films incontournables de Jacques Demy à voir sur Netflix

De Peau d'âne aux Demoiselles de Rochefort, voici les films de Jacques Demy à découvrir dès aujourd'hui sur Netflix.

Après avoir récupéré 12 films de François Truffaut, Netflix s’offre aujourd’hui neuf films de Jacques Demy, autre réalisateur proche du mouvement de la Nouvelle Vague. Cinéaste nantais qui sublimera la province et laissera Paris à Godard et Truffaut, il a réalisé des films dans lesquels on aimerait vivre, en mêlant le réalisme au merveilleux. 

Chansons indémodables, décors bariolés et hauts en couleur… Facilement reconnaissable, l’œuvre de Jacques Demy a élevé la comédie musicale en France et a plus largement interrogé le devenir du genre dans le septième art. Qu’il s’intéresse au temps, au couple séparé, abandonné puis réuni ou qu’il avilisse la figure paternelle, le réalisateur est considéré comme le poète du réel. 

Publicité

Destiné à reprendre le garage de son père, il préfère dévorer L’Écran français et fréquenter le ciné-club de Nantes plutôt que soulever le capot des véhicules endommagés. À quatre ans, il réalise ses premiers théâtres de marionnettes, et s’achètera sa première caméra dix ans plus tard pour se spécialiser dans les films documentaires puis dans l’animation.

Si pour lui le cinéma est une véritable vocation, il n’est pourtant pas une voie envisageable pour son père qui lui interdit d’étudier. Sur son temps libre, le jeune Jacques suit des cours aux Beaux-Arts puis déménage à Paris après avoir obtenu ses diplômes. Formé sur les tournages en tant qu’assistant-réalisateur, il réalise son premier court-métrage en couleur Le Bel Indifférent en 1957. Avec plus d’assurance mais très peu de moyens, il se lance quatre ans plus tard dans un premier long-métrage Lola, en noir et blanc. S’ensuivra une filmographie désormais culte et exubérante de couleurs. 

Décédé à 59 ans seulement, Jacques Demy continue à influencer la nouvelle génération de cinéma, de Christophe Honoré à Damien Chazelle en passant par Olivier Ducastel et Jacques Martineau. À titre posthume, il a continué à vivre à travers l’œuvre de sa femme Agnès Varda, qui consacra la dernière partie de sa vie à rendre hommage à son amour platonique. Elle a retracé son enfance et les derniers mois de sa vie dans le docu-fiction Jacquot de Nantes, avant de poursuivre son travail dans Les Demoiselles ont eu 25 ans, L’Univers de Jacques Demy puis Les plages d’Agnès révélant alors l’homosexualité cachée de son époux, atteint du sida. 

Publicité

Pour mieux comprendre son œuvre et sa vie, nous avons décidé de retenir cinq films de la liste de Netflix, avec des extraits en chansons, forcément, qui vous transporteront dans l’univers inégalable de ce "cinéaste en-chanté", comme il se désignait lui-même.

1#. Lola (1961)

Après une petite dizaine de courts-métrages, Jacques Demy voit les choses en grand et se lance dans son premier long-métrage, Lola. Il imaginait ce film comme une comédie musicale colorée, avec Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant dans les rôles principaux. Finalement, faute de moyens, le cinéaste va devoir opter pour la couleur et abandonner Jean-Louis Trintignant, qui ne convainquait pas les producteurs. 

Publicité

Tourné à Nantes en 1960, Lola marquera toute la filmographie du réalisateur puisque le personnage qu’interprète Anouk Aimée s’invitera tout au long de son œuvre, plus ou moins subtilement. Considéré comme le premier volet d’une trilogie qui réunit ce film avec Les Parapluies de Cherbourg et Model Shop, Lola est un film sur l’attente et la fidélité, dont les quelques chansons ont été écrites par Agnès Varda que Jacques Demy venait de rencontrer au festival du court-métrage de Tours. Ce film marque aussi la première collaboration du cinéaste et Michel Legrand, son compositeur et ami éternel qui lui a écrit ses plus belles partitions. 

Symbole des chassés-croisés amoureux de Jacques Demy, son héroïne est une danseuse de cabaret qui s’appelle en réalité Cécile. Réputée auprès des marins de passage, elle entame une liaison avec un homme qui lui rappelle le père de son enfant, qui l’a quitté lorsqu’il a appris qu’elle était enceinte.

Publicité

2#. La Baie des Anges (1962)

Pour son deuxième film, Jacques Demy se restreint toujours au noir et blanc. Après être allé au Festival de Cannes et avoir découvert son fameux casino, il décide de s’intéresser au jeu et à ses addictions dans La Baie des Anges.

La légende raconte que Jacques Demy a écrit le scénario en quelques jours tant il était frustré de ne pas avoir trouvé ses financements pour Les Parapluies de Cherbourg sur la Croisette. L’histoire est celle d’un jeune homme qui, fraîchement initié aux dangers du jeu, part à Nice pour vivre de sa nouvelle passion destructrice, contre l’avis de son père. Là-bas, il rencontre Jackie, incarnée par une Jeanne Moreau blonde platine, qui deviendra l’icône de la Nouvelle Vague. Déjà très connue en 1962, notamment grâce à Louis Malle et son Ascenseur pour l’échafaud (1957), sa renommée permet à Jacques Demy de filmer quelques scènes à l’intérieur du casino de Monte-Carlo. 

Le reste des décors du film, tourné dans le sud de la France, ont été dénichés par un certain Costa-Gavras, alors assistant-réalisateur de Jacques Demy, qui signera trois ans plus tard son premier film, Compartiment Tueurs. 

3#. Les Parapluies de Cherbourg

Deux ans plus tard, Jacques Demy prend sa revanche sur le Festival de Cannes où il présente son ambitieux Les Parapluies de Cherbourg, finalement financé. Il est distingué d’une Palme d’or qui scellera sa carrière. 

Si les Parapluies de Cherbourg devient son premier long-métrage en couleur, c’est ce même film qui propulsera Catherine Deneuve sur le devant de la scène, dans le rôle de Geneviève, en fille d’une marchande de parapluies, éprise d’un garagiste appelé à combattre pendant la Guerre d’Algérie. Seule, elle découvre qu’elle est enceinte et se marie avec un riche bijoutier. 

Entièrement chanté, ce mélodrame est un immense succès à l’international et fait de Catherine Deneuve, le symbole de l’idéal féminin. Il faut bien avouer que sa grâce, appuyée par la voix chantée de Danielle Licari, transperce l’écran :

4#. Les Demoiselles de Rochefort 

"Nous sommes deux sœurs jumelles / Nées sous le signe des Gémeaux / Mi Fa Sol La Mi Ré / Ré Mi Fa Sol Sol Ré Do" Si vous n’avez pas eu la chance de voir le chef-d’œuvre de Jacques Demy vous connaissez au moins la chanson phare du film et la couleur des robes des frangines.

Après avoir visité Narbonne, Toulouse, Tarascon et La Rochelle, Jacques Demy pose finalement ses caméras à Rochefort pour raconter l’histoire des vraies sœurs Dorléac (Deneuve étant le nom de jeune fille de leur mère), qui tournent alors leur troisième et dernier film ensemble. L’une enseigne la danse et l’autre la musique. Elles cherchent toutes les deux l’amour, à l’instar de Maxence, le marin qui chante son idéal féminin dans l’une des plus belles chansons du film :

Clin d’œil aux musicals phares hollywoodiens, Les Demoiselles de Rochefort confirme le talent de Jacques Demy et Michel Legrand à l’international. Si la musique est nommée aux Oscar, on oublie encore trop souvent de souligner la voix de cristal d’Anne Germain, la voix chantée récurrente de Catherine Deneuve qui, contrairement à Françoise Dorléac, s’est fait entièrement doubler. 

5#. Peau d’âne

De retour en France, après une parenthèse américaine où fût tourné Model Shop, Jacques Demy retrouve Catherine Deneuve dans un autre de ses rôles iconiques : Peau d’âne. "La chanson du cake d’amour", la robe du soleil, l’âne aux pièces d’or, "Amour, Amour ", La Fée des Lilas… De ses costumes à ses chansons, en passant par ses décors bariolés, ce conte fait partie des films qu’il est difficile de louper, enfant, comme adulte.

Inspiré du conte de Charles Perrault, ce film raconte l’histoire d’un roi qui vient de perdre sa reine. De leur union, naît une fille, une seule. Or le royaume exige un héritier masculin. Comme au marché, le roi doit choisir une princesse parmi celles que lui proposent ses souverains : l’une attire l’attention du roi, sa fille, qu’il demande immédiatement en mariage. En s’intéressant à l’inceste, Jacques Demy prouve que derrière sa photographie pop et colorée, sur la forme, se nichent des thématiques beaucoup plus sombres, sur le fond.

De son œuvre complexe, voici donc cinq films qui vous familiariseront avec ce cinéaste inégalable, qui a transformé à jamais le cinéma français. Merci Jacques Demy d’avoir apporté un peu de poésie dans ce monde lugubre, que tu as quitté beaucoup trop tôt. 

Par Lucille Bion, publié le 15/05/2020