En l'absence de Macron, Blanche Gardin et Léa Seydoux investissent l'Élysée

Pour les besoins du nouveau film de Bruno Dumont, les deux actrices sont en tournage dans le palais présidentiel.

Pas de repos pour les braves. Alors que son ovni filmique Jeanne, qui raconte le procès de la pucelle d’Orléans, est actuellement à l’affiche, Bruno Dumont s’est remis au travail pour un nouveau projet qui réunira à l’écran Léa Seydoux et Blanche Gardin.

Intitulée provisoirement Par ce demi-clair matin, cette comédie dramatique viendra compléter sa désopilante et hétéroclite filmographie. Il y mettra en scène une journaliste télé star en pleine crise existentielle, confrontée à des difficultés tant personnelles que professionnelles qui entraîneront sa chute.

Publicité

"Entre drame et comédie, Bruno Dumont veut mettre en scène la crise intime et publique d’une jeune femme et dresser un tableau de la France contemporaine", selon Arte, coproducteur du film. "Filmer cette vie et cette illumination. Filmer cette conversion, sa détermination, ses maux, ses sursauts, sa lutte", a commenté le réalisateur au Film français.

Si l’on ne sait pas encore qui jouera le personnage principal, on est assez intrigué par ce casting incongru qui réunit pour la première fois à l’écran ces deux actrices connues dans des genres diamétralement opposés.

Léa Seydoux est en ce moment à l’affiche de Roubaix, une lumière, le polar d’Arnaud Desplechin, tandis que Blanche Gardin partagera prochainement l’affiche de la comédie Selfie avec Max Boublil.

Publicité

Article écrit le 18 septembre 2019, mis à jour le 5 novembre 2019

Alors qu’Emmanuel Macron est actuellement en Chine avec son épouse pour un voyage officiel de quatre jours, Europe 1 a aperçu Blanche Gardin et Léa Seydoux arpenter la cour de l’Élysée. Un lieu qui fait sens puisque le film est annoncé comme une plongée dans le monde des médias et de la politique.

Si on apercevra peut-être les jardins ou la salle des fêtes à l’écran, une pièce ne sera pas investie : le bureau du président, formellement interdit  à celles et ceux qui ne travaillent pas avec lui. Pour s’offrir le palais présidentiel, la production a dû débourser la modique somme de 10 000 euros – qui serviront à rénover ce lieu vieux de 300 ans.

Publicité

Par Manon Marcillat, publié le 05/11/2019

Copié

Pour vous :