Le véritable tueur en série du film Memories of Murder a avoué ses crimes 30 ans après

Dans les années 1980, cette série de meurtres avait choqué la Corée du Sud. Elle avait inspiré un film de Bong Joon-ho en 2004.

La police a annoncé ce mardi que le suspect avait avoué tous les meurtres pour lesquels il était inculpé. Cet homme de 56 ans était déjà en prison pour le viol et le meurtre de sa belle-sœur en 1994.

Entre 1986 et 1991, la ville d’Hwaseong dans la province de Gyeonggi a connu une série de dix viols et meurtres sanglants. Les victimes, des femmes de tous les âges, étaient retrouvées au milieu des champs ou au fond de petites allées sombres. La Corée du Sud était alors totalement choquée par la violence et l’impunité du meurtrier, surtout dans cette zone qui était encore très rurale à l’époque des faits.

Publicité

Après des décennies de recherches sans aucune piste tangible, les enquêteurs ont annoncé avoir trouvé un suspect pendant l’été 2019. Les représentants de la police de la province de Gyeongi Nambu ont dévoilé mercredi 18 septembre son profil : un homme d’une cinquantaine d’années qui est actuellement en prison pour une autre affaire de viol et meurtre. Il a donc fini par avouer ses crimes, plus de 30 ans après.

Prod DB (© CJ Entertainment - Sidus Pictures / DR), MEMORIES OF MURDER (SALINUI CHUEOK) de Bong Joon-ho 2003, avec Song Kang-ho et Kim Sang-kyung

"En juillet cette année, nous avons envoyé une partie des preuves au laboratoire judiciaire et les résultats montrent que l’ADN du suspect correspond pour au moins deux des dix cas", ont-ils annoncé.

Publicité

Ces tests ont relancé l’enquête qui devrait aboutir avec des preuves tangibles. Une très grande avancée grâce à la technologie dans cette affaire qui avait inspiré à Bong Joon-ho son premier classique : Memories of Murder.

Dans la lignée du Zodiac de David Fincher, le réalisateur coréen y traitait une enquête sans fin faite de pièges et autres impasses qui reste une des plus humiliantes pour la police coréenne. 

Publicité

 

Par Aurélien Chapuis, publié le 01/10/2019

Copié

Pour vous :