Le réalisateur de Deadpool va adapter le roman Neuromancien à l’écran

Premier opus de la trilogie de la Conurb, Neuromancien de William Gibson aura enfin droit à son adaptation cinématographique. Tim Miller, le manitou de Deadpool, s’y collera.

(© Fox)

1968. Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? roman culte et œuvre majeure de Philip K. Dick, paraît aux États-Unis. Très vite, les lecteurs se passionnent pour ce récit d’une Terre dépeuplée. Parmi eux, un certain William Gibson. Entre deux lectures des auteurs de la Beat Generation, ce dernier est saisi par l’intrigue, adaptée quatorze ans plus tard au cinéma par Ridley Scott sous le titre de… Blade Runner. Tellement saisi qu’il s’en inspirera pour noircir les quelque 300 pages de son premier roman de science-fiction : Neuromancien. Vous suivez ?

Publicité

Nous sommes en 1982 lorsque le livre déboule en librairie, de l’autre côté de l’Atlantique. Les premiers curieux découvrent alors une trame dystopique, offrant un ordre nouveau où le capitalisme est utilisé comme une arme à feu par des multinationales cupides, un monde déliquescent où s’enchevêtrent problèmes de drogue, cow-boys et pirates du cyberespace. Le héros, un certain Henry Dorsett Case, est plus précisément un habitant de la métropole de Conurb, où il officie en tant que hacker. Lorsque son employeur lui administre une neurotoxine après un écart de conduite, les problèmes commencent.

Enfin un clap de début ?

Considéré comme le roman bâtisseur de la vague cyberpunk, Neuromancien a inspiré de nombreuses œuvres populaires, parmi lesquelles Matrix, Ghost in the shell ou Akira. Excusez du peu. Pas étonnant que le cinéma ait déjà essayé de s’en emparer – au cours de la dernière décennie notamment – par la voix de Vincenzo Natali, le réalisateur de Cube et Splice, ou de Joseph Kahn. Hélas, les initiatives ont achoppé. Mais le projet vient miraculeusement de renaître de ses cendres. Hollywood Reporter vient en effet d’annoncer que Tim Miller, l’heureux metteur en scène de Deadpool, essayera de traduire en images l’imaginaire riche de William Gibson. Le projet, sans casting connu, sera chapeauté par la Fox.

Par Mehdi Omaïs, publié le 10/08/2017

Pour vous :