© Columbia Pictures

Le prochain interprète de James Bond pourrait ne pas être un homme blanc

La productrice Barbara Broccoli a déclaré être ouverte à l’idée que l’agent 007 ne soit plus incarné par un homme blanc.

(© Columbia Pictures)

Si Daniel Craig, engagé pour cinq films, enfilera le mythique costard de 007 pour une dernière mission dans James Bond 25, beaucoup envisagent déjà la suite de l’une des sagas les plus longues de l’histoire du cinéma. Et si les suppositions vont bon train quant à son successeur présumé (Idris Elba, Tom Hiddleston, Michael Fassbender…), ces dernières pourraient bien devenir complètement caduques.

Publicité

En effet, interrogée par le Daily Mail quant à la possibilité de voir une nouvelle version de l’espion – qu’elle soit féminine, de couleur, ou les deux – la coproductrice des derniers James Bond, Barbara Broccoli, s’est montrée confiante à ce sujet :

"Ces films ont tendance à refléter leur époque. Nous essayons donc toujours de repousser les limites un peu plus loin. Tout est possible. Aujourd’hui, c’est Daniel Craig, et j’en suis très heureuse, mais qui sait ce que le futur nous réserve ?"

Une position déjà adoptée par Daniel Craig antérieurement, pour qui cela a peu d’importance :

Publicité

"On peut faire tout ce que l’on veut, tant que c’est crédible et que ça fonctionne."

La fin de l’ère de l’homme caucasien à tendance misogyne ?

Si la question est récurrente, elle est aujourd’hui terriblement actuelle et s’inscrit parfaitement dans la lignée d’un changement que l’on espère voir se poursuivre à Hollywood – et au-delà.

Déjà l’année dernière, la série britannique culte Doctor Who a su faire preuve de progressisme en faisant de Jodie Whittaker la première femme à incarner le rôle-titre. Bien que la nouvelle en ait offensé certains, elle avait su ravir la majorité des fans, définitivement convaincus.

Publicité

Visiblement portés par cette petite révolution, de nombreux internautes ont commencé à réclamer la même chose pour le personnage de James Bond. Beaucoup scandaient déjà les noms de Gillian Anderson ou de Charlize Theron pour reprendre le rôle.

Le regretté Roger Moore, qui avait incarné l’agent dans pas moins de sept films, avait d’ailleurs fait part de son point de vue sur un tel changement, en 2015 :

"J’ai entendu des gens dire qu’il faudrait une femme Bond, ou un Bond gay. Mais ils ne pourraient être Bond, pour la simple raison que ce n’est pas ce qu’Ian Fleming [le créateur du personnage, ndlr] a écrit. L’idée n’est pas d’être homophobe, ou encore raciste, mais simplement d’être fidèle au personnage."

Publicité

Dans le clan des conservateurs, personne ne semble être prêt à abandonner l’idée qu’il se fait de son agent secret favori. Apparu pour la première fois en 1953 dans le roman Casino Royale de l’écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming, James Bond s’est en effet progressivement affirmé comme un symbole de virilité pour de nombreux hommes blancs.

Une image soigneusement conservée dans les 26 adaptations cinématographiques qui en découleront, où chaque acteur lui prêtant ses traits, de Sean Connery à Daniel Craig, se devait de remplir une liste bien établie de prérequis : être beau, blanc, hétérosexuel et britannique.

Et si la saga est prête à se réinventer, il n’a visiblement été acté nulle part qu’elle en soit obligée : l’acteur James Norton (Happy Valley, Grantchester) semble aujourd’hui parti favori dans la course au rôle mythique. Et bien que talentueux, il remplit lui aussi, inévitablement, toutes les conditions traditionnelles.

Par Marie Jaso, publié le 04/01/2018

Copié

Pour vous :