(Photo by Anne-Christine POUJOULAT / AFP)

Le Palais du Festival de Cannes va être transformé en refuge pour SDF

"Actuellement la priorité c’est le confinement et le confinement des plus vulnérables."

Cannes a rangé ses paillettes, son tapis rouge, ses costards et ses accréditations. À cause de l’épidémie de coronavirus, le Palais du Festival n’hébergera pas les vedettes de cinéma issues des quatre coins du monde en mai, comme cela était initialement prévu. Si les programmateurs du festival penchent pour un report de l’évènement de quelques semaines, voire pour une cérémonie virtuelle, la ville a décidé de transformer son Palais en refuge pour les SDF.

Comme l’explique Dominique Aude-Lasset, directrice générale adjointe des services de la ville de Cannes, les sans-abri pourront s’y installer de jour comme de nuit

Publicité

"C’est tout un symbole de la solidarité. Elle peut s’exercer dans un lieu qui d’habitude est réservé aux congrès, aux évènements artistiques. Eh bien là, actuellement la priorité c’est le confinement et le confinement des plus vulnérables."

Ces derniers, faute de toit, ne peuvent évidemment pas appliquer les exigences sanitaires imposées par le gouvernement depuis le 20 mars, à commencer par le confinement. Comme l’expliquait Florent Gueguen, directeur général de la FNARS (Fédération des acteurs de la solidarité), il est urgent de répondre à leur besoin en cette période particulière : 

"Les sans-abri sont particulièrement vulnérables au virus et au risque épidémique. D’abord parce qu’on constate beaucoup de personnes un peu vieillissantes, des maladies chroniques, parfois un système immunitaire diminué, des organismes qui sont évidemment fragilisés par des mois voire des années d’errance et donc ça crée une exposition particulière au virus et surtout un danger."

Publicité

La mairie a mis à la disposition des SDF des lits, des douches et des repas, au rez-de-chaussée du Palais, précise La Provence. Côté loisir, ils pourraient bénéficier d’une télévision, de jeux et de livres, a précisé Dominique Aude-Lasset. Une initiative qui devrait inspirer les autorités et associations françaises dont l’objectif est maintenant de protéger tout le monde. Pour rappel, 50 millions d’euros ont déjà été débloqués par le ministère de la Ville et du Logement pour mettre toutes les personnes SDF à l’abri.

Par Lucille Bion, publié le 25/03/2020