AccueilCinéma

La première histoire d'amour sur fond d'épidémie mondiale a son trailer

Publié le

par Lucille Bion

Un film entre Eternal Sunshine of the Spotless Mind et 28 jours plus tard.

Bien que ce soit une fiction, Little Fish fait tristement écho à la réalité. Avec son ambiance aux allures de fin du monde, le film est pourtant adapté d’une nouvelle d’Aja Gabel. Le pitch ? Une mystérieuse maladie grignote la mémoire des habitants, qui perdent peu à peu le contrôle de leur vie. Masques, émeutes, scientifiques : Little Fish semble être le miroir qui reflète notre société contemporaine, en pleine pandémie mondiale.

Dans ce décor apocalyptique, nous suivrons Olivia Cooke et Jack O’Connell, deux jeunes mariés qui tentent de vivre leur idylle au grand jour et laisser une trace de leur amour sur Terre, malgré le virus qui affecte la mémoire de ce dernier. Dans la bande-annonce, on le voit décrire ses premiers symptômes et les complications que cela entraîne, dans une salle lugubre où les gestes barrières sont primordiaux.

Dans Sound of Metal, qui sortira le 16 décembre en France, nous retrouverons Olivia Cooke qui, là encore, devra composer son histoire d’amour avec le handicap de son compagnon joué par Riz Ahmed, un batteur qui devient subitement sourd. Jack O’Connell, qu’on a découvert dans la série Skins, n’avait en revanche pas été aperçu sur grand écran depuis Seberg, le biopic sur la comédienne américaine avec Kristen Stewart dans le rôle-titre. 

Réalisé par Chad Hartigan, Little Fish pourrait trouver sa place entre Eternal Sunshine of the Spotless Mind et 28 jours plus tard, avec ses thématiques dominantes. À voir s’il sera à la hauteur de ses deux chefs-d'œuvre contemporains et s’il ne se contentera pas d’être un énième film opportuniste pour parler de l’épidémie du coronavirus. Le film n’a pas encore communiqué sa date de sortie française.

À voir aussi sur konbini :