Kev Adams et Alad’2, démontés par le Hollywood Reporter

Sorti mercredi dernier en salles, Alad’2 serait proche du million d’entrées mais se fait démonter de l’autre côté de l’Atlantique.

Les États-Unis s’interrogent : comment les Français peuvent-ils rire aux blagues de Kev Adams ? Telle est la question posée par le très sérieux et cinéphile Hollywood Reporter en voyant Alad’2, la suite des Nouvelles Aventures d’Aladin. Le journaliste Jordan Mintzer a publié une critique acerbe. S’il cherche encore la réponse à cette question déconcertante, le journaliste a mis Kev Adams K.O.

Publicité

Fin connaisseur du sujet, l’auteur commence par souligner la "très légère progression" en comparant avec le premier film, aussi excitant qu’un steak de quinoa. En cause ? Moins de blagues sous la ceinture et de sexisme. En revanche, la personnalité controversée est pointée du doigt :

"Son insondable ascension au sommet du système français est une chose que seul Roland Barthes pourrait peut-être expliquer s’il vivait encore."

Aïe. Pas de répit, le journaliste poursuit. Cette première punchline n’est que le début du portrait impitoyable de l’acteur qui, selon le journaliste, "enchaîne des films tous mauvais, à l’exception de Fiston, passable". En ce qui concerne Alad’2, un film "vaguement regardable" et "infantile", Kev Adams n’est "tout simplement pas drôle" :

Publicité

"Au mieux, il est sympathique dans le genre marionnette aux cheveux tartinés de gel – ce qui semble être sa marque de fabrique et sa raison d’être, surtout auprès de la jeunesse française. Il est aussi capable de chanter et danser, ou du moins, il essaye de le faire pendant la longue séquence de clôture du film où il interprète une chanson de R’n’B avec Tal."

Si Kev Adams n’a pas convaincu l’autre côté de l’Atlantique, le critique n’a pas manqué de rappeler que son œuvre cinématographique a rapporté au total 100 millions de dollars à la France qui, au prix du paradoxe, a "inscrit le bon goût dans son Code civil".

En 2015, Les Nouvelles Aventures d’Aladin a cumulé 4,3 millions d’entrées, ce qui a fait de lui le plus gros succès français de l’année au box-office. Selon Écran Total, le film de Lionel Steketee serait désormais proche du million d’entrées.

Publicité

Par Lucille Bion, publié le 09/10/2018

Pour vous :