Après Mindhunter, Jonathan Groff s'ajoute au casting de Matrix 4

Le casting se précise et pourra commencer à tourner "Matrix 4" en début d'année prochaine.

Jonathan Groff, plus connu sous les traits de Holden Ford dans la série Mindhunter, le malheureux oublié de Glee (il est important de le rappeler) s’apprête à rejoindre la matrice, a annoncé Collider.

L’acteur et chanteur semble bien décidé à se faire une place dans le septième art, après avoir récemment doublé Kristoff dans La Reine des neiges. Si l’on ne sait pas encore quel rôle il campera, on sait qu’il donnera la réplique au casting original, Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss – qui vont reprendre les rôles de Neo et Trinity. Idem pour Jada Pinkett Smith qui reprendra son rôle de Niobe. 

Publicité

Parmi les nouveaux, on attend dans cette aventure Neil Patrick Harris, qui vient aussi du monde des séries (How I Met Your Mother) et l’actrice montante Jessica Henwick, bientôt dans Underwater et Godzilla vs Kong. Le grand méchant d’Aquaman, Yahya Abdul-Mateen II, aurait également décroché un rôle principal, précise le média. 

Seule l’une des deux réalisatrices originales, Lana Wachowski, écrira et réalisera le film ; et il n’y a pour le moment aucune explication concernant le fait que Lilly ne fasse pas partie du projet. Pour le scénario, elle sera épaulée par l’écrivain américain Aleksandar Hemon et le romancier britannique David Mitchell. 

Maintenant que le casting se précise, le tournage devrait entrer en production en début d’année prochaine. Pour rappel, un cinquième volet a également été annoncé par Zak Penn : 

Publicité

"Les gens n’arrêtent pas de me demander donc je vais clarifier les choses : il y a deux différents 'Matrix' en projet, à la Warner. J’en ai écrit un qui se situe plutôt dans la timeline de l’univers de Matrix. Lana Wachowski est en train de réaliser une suite que je n’ai pas écrite, mais j’ai vraiment hâte de la découvrir. Aucun des deux n’est un reboot."

Encore un mystère à éclaircir pour Jonathan Groff. Affaire à suivre. 

Par Lucille Bion, publié le 10/12/2019

Pour vous :