AccueilCinéma

Jean Reno, de la SF et Philippe Katerine : Le Dernier Voyage s’offre un beau teaser

Publié le

par Lucille Bion

Un film français entre Blade Runner et Mad Max ? Oui, c’est possible.

En dévoilant ses premières images, Le Dernier Voyage fait étrangement écho à notre planète, petit à petit décimée par la pandémie et autres catastrophes écologiques. Alors que la fiction n’a heureusement pas encore épousé la réalité, le cinéaste Romain Quirot propose une dystopie léchée. Il imagine la déviance d’une lune rouge surexploitée pour son énergie dans un futur proche.

Sans prévenir, l’astre se dirige tout droit sur la Terre, prêt à éclabousser de sa couleur rouge sang ce qu’il reste de l’humanité. Seul l’astronaute Paul W. R. est capable de détruire cet ovni incontrôlable. Malheureusement, il refuse d’accomplir cette mission et disparaît. Traqué sans relâche, le héros croise la route d’Elma, une adolescente au tempérament explosif qui va l’accompagner dans sa fuite.

Après avoir fait ses armes dans la publicité et la musique en réalisant des clips, Romain Quirot signe un documentaire sur le rap alternatif français, Un jour peut-être, une autre histoire du rap français, en 2012. Trois ans plus tard, il réalise Le Dernier Voyage de l’énigmatique Paul W.R., lauréat Court-métrage 2014 des Audi Talents Awards. Ce film lui permet de poser les premières fondations de son projet à venir, Le Dernier Voyage.

Si Jean Reno et Philippe Katerine feront partie du périple, on retrouvera aussi les émergents Hugo Becker, Lya Oussadit-Lessert et Paul Hamy à bord de ce voyage mouvementé, entre voitures volantes, fusées minimalistes et insectes robotiques. Mais inutile de se précipiter : l’embarquement n’a pas encore été annoncé. Peut-être en saurons-nous plus lorsque les salles de cinéma rouvriront enfin.

En attendant, notons que sous la houlette de Tandem, nouvelle boîte de distribution et production dans le paysage français, le cinéaste pourrait bien ouvrir une nouvelle brèche pour les films de genre en France. Cette même institution a déjà marqué des points en récupérant le fraîchement oscarisé Sound of Metal, qui peinait à se faire une place dans les circuits de l’industrie. 

À voir aussi sur konbini :