AccueilCinéma

James Bond devient le plus gros succès du box-office français en 2021

Publié le

par Manon Marcillat

Mourir peut attendre devance désormais Dune et Kaamelott.

Le dernier James Bond, Mourir peut attendre, a repris cette semaine la tête du box-office en France, doublant le film de super-héros Venom: Let There Be Carnage, selon les chiffres de CBO Box Office publiés mercredi. Plus de 600 000 personnes ont vu le dernier volet des aventures de James Bond, avec Daniel Craig, pour sa quatrième semaine sur les écrans et 1 092 copies, contre 570 000 spectateurs la semaine dernière (+5 %). Mourir peut attendre cumule ainsi plus de 3,3 millions d’entrées dans les salles françaises depuis sa sortie.

L’agent secret devient donc le champion du box-office 2021 et devance désormais Dune et ses 3 millions ainsi que Kaamelott : Premier Volet et ses 2,6 millions d’entrées, et qui, fin août, était encore le plus gros succès en salles depuis le début de la pandémie.

Les péripéties du célèbre agent 007 avaient signé le meilleur démarrage de l’année, faisant bondir de 25 % sur une semaine la fréquentation des cinémas. La semaine dernière, le film s’était néanmoins fait détrôner par Venom: Let There Be Carnage, le dernier film de super-héros produit par Sony, avec Tom Hardy. Ce dernier se trouve relégué à la deuxième place, avec près de 490 000 entrées pour 716 copies, et cumule plus de 1,1 million d’entrées depuis sa sortie il y a deux semaines.

Le biopic français Eiffel de Martin Bourboulon, avec Romain Duris et Emma Mackey, reste en troisième position, enregistrant près de 350 000 entrées sur la semaine, en progression de 9 %. Vacances scolaires obligent, à la quatrième place figure Le Loup et le Lion de Gilles de Maistre, qui cumule plus de 745 000 entrées en quatre semaines, suivi par La Famille Addams 2 et Ron débloque.

Enfin, à la septième place, l’excellent Illusions perdues, adaptation du roman de Balzac signée Xavier Giannoli, avec Benjamin Voisin et un casting cinq étoiles, a rempli 440 000 fauteuils pour sa deuxième semaine d’exploitation.

Konbini avec AFP

À voir aussi sur konbini :