Thomas VDB dans Dead Landes: Les escapés ( © Angela ROSSI/ FTV)

Du journalisme au grand écran, Thomas VDB avance en musique

Ancien journaliste spécialisé dans la musique, l’acteur Thomas VDB est aujourd’hui à l’affiche de La Colle, une comédie pour ados dans laquelle il interprète un surveillant survolté. Retour sur la carrière de ce quadragénaire aux vies multiples.

Thomas VDB dans Dead Landes: Les escapés ( © Angela ROSSI/ FTV)

Thomas VDB dans Dead Landes, les escapés ( © Angela ROSSI/ FTV)

Thomas Vandenberghe (de son vrai nom) m’accueille sur le toit du cinéma parisien Publicis. Lunettes de soleil sur le nez, sourire jusqu’aux oreilles, Thomas VDB fait partie de ces visages familiers que l’on reconnaît facilement. Pas étonnant, vu la diversité de la carrière de l’acteur. D’abord étudiant au conservatoire de Tours, puis journaliste spécialisé dans la musique, il a finalement pris le chemin de la comédie. Pour Konbini, l’acteur revient sur ce parcours atypique qu’il assume pleinement :

Publicité

"Je suis arrivé dans le journalisme un peu par hasard. J’écrivais dans un fanzine que j’avais créé. C’était dédié à la musique, l’une de mes plus grandes passions. Un jour un type est venu me voir en me demandant si je voulais écrire pour un média spécialisé. J’ai accepté et je me suis retrouvé quelques jours plus tard à prendre l’avion pour aller rencontrer Iron Maiden. C’était un truc fou et totalement inattendu."

Le comédien poursuit en évoquant des voyages à travers le monde, au cours desquels il a rencontré quelques-uns des plus grands groupes de tous les temps. Il sort quelques petites blagues sur le protocole de ces interviews chronométrées, auquel il a été contraint de se plier pendant sept ans. Rapidement son discours change, et le journaliste passionné explique sa lassitude.

"J’ai perdu l’envie d’écrire. Je rencontrais des artistes qui avaient beaucoup à partager. Je me suis dit que moi aussi, je faisais des choses et que j’avais envie de parler de ce que je faisais. Alors, j’ai quitté le journalisme pour me consacrer pleinement à mes expériences artistiques."

Publicité

Et Thomas VDB avait effectivement des choses à dire. Il se fait ainsi connaître en 2007 avec son premier spectacle En rock et en roll, un one-man-show où il raconte avec humour des anecdotes sur son ancien métier et le monde de la musique.

"C’était important pour moi de partager cette expérience et de, finalement, tourner la page sur cette partie de ma vie que je ne regrette pas mais qui, vers la fin, me privait de ma passion. Je n’arrivais plus à écouter un album normalement. J’analysais tout. Et ça m’a brisé. Le spectacle m’a permis de sortir de ce cercle vicieux."

Un homme de radio

S’il a pris ses distances avec le journalisme, sa passion pour la musique reste ancrée en lui. En parallèle de ses activités artistiques, il tient en 2009 une chronique régulière dans l’émission radio Le Fou du roi sur France Inter. De 2011 à 2013, il présente sur France 2 le magazine musical Hebdo Musique Mad. Toujours sur France Inter, il anime le programme J’ai toujours rêvé d’être un DJ à partir de 2012 et intervient dans l’émission On va tous y passer puis. À partir de 2014, il participe à Si tu écoutes, j’annule tout, où il mêle actualité et musique avec la rubrique "Actualizik". Il faut dire que Thomas VDB était déjà un habitué de la radio, puisqu’il avait auparavant piloté le Rock Radio Show sur les ondes du Mouv'. Son fil rouge ? La musique, bien sûr :

Publicité

"Même si je me suis éloigné du journalisme, je ne peux pas m’éloigner de la musique. C’est en moi, dans mon essence. Je suis passionné et je le serai toujours. J’ai juste besoin de m’exprimer autrement. En tant qu’artiste."

En 2011, le comédien présente son deuxième spectacle, Presque célèbre, sur la scène du Point-Virgule à Paris. Il s’y amuse avec un joli sens de l’autodérision de sa notoriété naissante. Entre-temps, Thomas VDB a mis un pied dans le monde du cinéma : il apparaît tout d’abord furtivement en 2005 dans Le Démon de midi de Marie-Pascale Osterrieth, où il joue un passant. Il décroche ensuite quelques petits rôles dans des comédies comme Bienvenue à Marly-Gaumont ou La Folle Histoire de Max et Léon, mais c’est finalement à la télé et sur YouTube qu’il trouve se fait remarquer. Il joue notamment dans Dead Landes, une série fantastique réalisée par François Descraques et François Uzan, diffusée sur France 4.

Avec La Colle, qui sortira en salles le 19 juillet, le comédien trouve un rôle plus complet, celui d’un surveillant à la fois drôle et pathétique. La Colle, c’est l’histoire de Benjamin (Arthur Mazet), un lycéen qui hérite injustement de deux heures de retenue un samedi. Une fois sur place, il découvre que Leila (Karidja Touré), la fille dont il est secrètement amoureux, fait aussi partie des élèves collés ce jour-là. Benjamin part aux toilettes se rafraîchir les idées et lorsqu’il en revient, il se retrouve projeté comme par magie au moment où Leila était venue s’asseoir à côté de lui. Il se rend alors compte qu’il est bloqué dans une boucle temporelle : s’il s’éloigne de Leila plus de trois minutes, il est renvoyé à sa première minute de colle. L’acteur confie s’être glissé avec plaisir dans la peau du surveillant :

Publicité

"J’avais envie de jouer dans La Colle, déjà parce que le scénario me plaisait, mais aussi parce que je sentais une complexité dans le personnage qu’on me proposait. Ce surveillant est drôle sans le vouloir, un peu chiant, mais j’ai la sensation que ça le rend attachant."

Avec ce rôle qui, comme il le dit lui-même, n’est pas celui d’un "débile" mais est "nuancé", Thomas VDB espère sans doute gagner en légitimité et s’imposer également sur le grand écran. De notre côté, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Le film La Colle, d’Alexandre Castagnetti avec Arthur Mazet, Karidja Touré et Thomas VDB sortira au cinéma le 19 juillet.

Par , publié le 14/07/2017

Pour vous :