AccueilCinéma

On a discuté avec le réalisateur du drôle de film sur des chats diaboliques

Publié le

par Arthur Cios

Scott Frazelle est le papa du trailer de Moggy Creatures, un nanar sur des chats sans poils diaboliques. On ne pouvait pas ne pas lui poser de questions.

Quand on a vu à la rédaction ce trailer improbable, on n'a, enfin je n'ai, pas franchement hésité une seule seconde : il fallait contacter la personne qui était derrière ce truc. Savoir quel genre d'individus peut imaginer un film d'horreur autour de ces chats sans poils, les transformant par la même occasion en des monstres diaboliques, pas mal badant.

On vous présente Scott Frazelle, le papa de Moggy Creatures. L'Américain traîne dans le milieu du cinéma de genre depuis quelques années maintenant. Mais ce dernier est son premier vrai bébé, un projet qui lui tient à cœur. Autant dire que la réaction sur Internet l'a beaucoup ému et il espère vraiment pouvoir convaincre des producteurs de bien vouloir en faire un long-métrage (le trailer ne promettait en réalité aucun film derrière puisque seule la bande-annonce a été filmée).

Après quelques échanges par mail, Scott a répondu à nos questions. Voici le résultat.

Konbini | Comment ce projet est né ? Comment vous est venue cette idée ?

Scott Frazelle | Je voulais produire un film d'horreur basé sur des créatures, et utiliser des effets spéciaux artisanaux plutôt que par ordinateur. C'est le genre de film que j'ai envie de voir. La difficulté venait alors du choix du monstre en question.

Il y a beaucoup d'autres projets qui se concentrent déjà sur une seule créature, et plein d'autres sont des dérivés de quelques chose qui existe déjà. Aussi, beaucoup d'entre eux ont d'énormes budgets. Je voulais créer des monstres que personne n'avait vus auparavant, et surtout les faire d'une manière crédible, tout en prenant en compte qu'il fallait rentrer dans mon budget pour produire au moins le premier.

J'ai vu un chat sans poil comme animal de compagnie, et je me souviens d'avoir pensé que c'était plutôt flippant même si ça ressemblait à ce que je pensais être un chat... Puis ça m'a frappé, à savoir : est-ce que je pouvais utiliser cette image qui est quelque chose de très connu et réel pour le coup, pour retourner le truc et l'exploiter ? Voilà.

Un exemple de chat siamois sans poil. (© Flickr/Creative Commons/Elyktra)

Combien de temps tout ce projet t'a pris ? De récolter de l'argent au casting, et surtout le tournage ?

En réalité, il ne s'agit que d'un trailer, qui sert à prouver que le concept fonctionne pour des potentiels investisseurs et des potentiels fans. Je suis heureux de voir que la réponse a été magnifique et que c'est ce que je pourrais utiliser dans la campagne de crowdfunding en janvier 2017, histoire d'avoir une base de budget pour attirer des investisseurs et des producteurs.

Du coup, je dirais que ça nous a pris plusieurs semaines pour organiser le tournage. Je voulais travailler avec certains de mes talentueux amis mais parce qu'ils sont talentueux, ils étaient plutôt occupés et engagés par leur travail. Trouver un créneau où on pouvait être tous ensemble était donc assez difficile. Donc on a tourné le trailer en quatre jours, deux jours étaient dédiés à des scènes traditionnelles avec des dialogues, et deux jours concernant les effets spéciaux.

Tous ceux qui veulent se tenir au courant du progrès et de l'avancement du tournage peuvent s'inscrire à la newsletter sur moggycreatures.com.

Peux-tu me décrire un peu le tournage ?

C'était un tournage classique dans le sens où j'avais une vraie équipe et un lieu, mais c'était un peu différent dans le sens où je n'avais prévenu personne pour les chats. Je leur ai dit que c'était un film d'horreur, et je leur ai donné des pages de script pour les scènes de dialogue.

Je pense que l'équipe n'avait aucune idée de ce qu'il allait se passer par la suite. Tous ont été surpris dans le bon sens quand j'ai ramené les chats sur le plateau. Les acteurs plus que les autres encore ont réagi fortement aux chats mutants [fabriqués], ils avaient envie de les toucher et les traiter comme de vraies créatures vivantes, ce qui a été plutôt réussi. Tous sont venus me voir à un moment en privé, pour me dire à quel point cela attisait leur imagination.

Peux-tu nous en dire plus sur la création des chats à proprement parler ?

J'ai décidé d'abord d'une taille et d'un poids pour les chats mutants, basés sur le fait qu'il fallait que ce soit difficile pour une personne de se battre avec eux dans la vie réelle. J'avais déjà écrit une courte histoire et un premier brouillon du script, puis je l'ai donné à un ami qui bosse dans le milieu, Julian Ledger. Julian crée ce genre de créature et est un artiste du monde des effets spéciaux, sa page IMDB est plutôt impressionnante et il a une imagination débordante. Je lui ai fait lire ce que j'avais pour lui demander s'il pouvait les faire. Il m'a montré des illustrations quasi instantanément, puis a sculpté le premier chat.

Un exemple de sculpture de chat. (© Scott Frazelle)

J'ai fait un moule à partir d'une sculpture en argile. Puis nous avons, avec l'aide de Julian, fait un mécanisme de soutien pour qu'il se déplace. Après, je suis allé voir Mark Fenlason, un artiste un peu vétéran dans le monde des effets spéciaux et il m'a aidé à designer les plans pour le trailer et a fait les parties en silicone à partir des moules pour les chats. Mark comprend le film, et c'est ce qui fait que le monstre fonctionne dans l'histoire et à l'écran, son aide est incommensurable.

Tom Talmon des Studios Tom Talmon à Hollywood m'a donné un espace de travail et m'a aussi aidé. C'est un génie des mécaniques et il a été capable de rendre leurs déplacements plus faciles et plus efficaces.

Quelles ont été tes influences sur ce film ?

Tous les films de monstres que j'ai vu dans ma vie ont joué un rôle dans ce projet. Mais j'ai vraiment adoré les Gremlins et je me suis toujours demandé ce que le film aurait été si le réalisateur Joe Dante avec décidé d'être plus dans le gore plutôt que de jouer sur l'aspect marrant de la chose. Il a fait un travail tellement incroyable sur le fait de faire accepter Mogwai et ses transformations. Est-ce que cela aurait pu être vraiment terrifiant ? Je pense que cela a été un peu un moteur.

Qu'est-ce qui a été le plus difficile pour toi ?

Rester confiant quand un supposé "expert" m'a dit que le film ne pourrait pas être possible, soit à cause du budget soit à cause du concept même. Mon instinct premier m'a dit qu'il y avait une audience pour ce film, et maintenant que j'ai une bribe de ce dernier à montrer aux gens, j'en suis certain.

Quelle est la chose dont tu es le plus fier à ce sujet ?

Je suis extrêmement fier qu'il y ait eu une telle réaction de la part de tous ceux qui ont vu le trailer. J'ai reçu des commentaire sur des sites qui me demandaient urgemment de tout faire pour que ce projet aille plus loin, même les membres de l'équipe se sont ralliés à la cause quand ils ont vu le tout premier plan avec les effets spéciaux des chats mutants qui courent.

Je suis excité à l'idée de faire le film en entier et d'offrir aux gens quelque chose qui va les effrayer.

À voir aussi sur konbini :