AccueilCinéma

L'Humour à mort redonne la parole aux victimes des attentats de Charlie Hebdo

Publié le

par Naomi Clément

À travers L'Humour à mort, qui sort en salles ce mercredi, le journaliste français Daniel Leconte rend hommage à l'hebdomadaire satirique.

L'affiche du documentaire <em>L'Humour à mort</em> © Daniel Leconte

Le 7 janvier 2015, Charlie Hebdo est victime d'une attaque terroriste sans précédent. Douze personnes périssent sous les balles des Kalachnikovs, dont les dessinateurs Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré, véritables garants de la liberté d'expression en France.

Pour répondre à cette barbarie sans nom et rendre hommage aux victimes (dont certaines étaient ses amies), Daniel Leconte décide, à nouveau, de s'emparer de sa caméra, sept ans après C'est dur d'être aimé par des cons, le documentaire qui suivait le procès intenté à Charlie Hebdo en 2007 après la publication des caricatures de Mahomet.

Accompagné de son fils Emmanuel, le journaliste recueille les témoignages des survivants et des proches de Charlie : le rédacteur en chef Gérard Biard, le directeur financier Eric Portheault, Élisabeth Badinter, l'avocat Richard Malka, le journaliste Antonio Fischetti ou encore les dessinateurs Riss et surtout Coco, prise en otage par les frères Kouachi, forcée à composer le code donnant accès aux étages de la rédaction, Kalachnikov dans le dos. C'est la première fois, comme le rappelle GQ, qu'elle raconte ce qu'elle a vécu et ressenti ce jour-là devant les caméras.


"Célébrer ceux qu’on a voulu faire taire, en leur donnant la parole"

Ces témoignages poignants sont aujourd'hui immortalisés à travers L'Humour à mort, mélangés à d'autres images datant d'avant le 7 janvier, à l'époque où Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, et Honoré étaient encore de ce monde. Comme pour les faire revivre. Un film comme une "évidence", expliquait Daniel Leconte au journal Le Républicain Lorrain :

On connaissait et côtoyait beaucoup de ceux qui sont morts, des gens sympas, drôles, vivants, intelligents, innocents. J’ai immédiatement pensé aux images qu’on avait d’eux, notamment issues du tournage de C’est dur d’être aimé par des cons, qui expliquait Charlie Hebdo, son ADN critique de toutes les idéologies, y compris de l’islam radical. Et je me suis dit que la meilleure réponse à cet acte de barbarie était de célébrer ceux qu’on a voulu faire taire, en leur donnant la parole. Pour qu’on entende leur message simple, joyeux, provocant.

L'Humour à mort est à découvrir en salles ce mercredi 16 décembre.

À voir aussi sur konbini :