Arnold Schwarzenegger. (© Noel Vasquez/Getty Images)

Hollywood exprime sa colère après les événements de Charlottesville

Ce week-end, le monde a tressailli face aux événements qui ont opposé à Charlottesville des suprémacistes blancs et haineux à des manifestants antiracistes. À Hollywood, comme ailleurs, l’indignation est totale.

Arnold Schwarzenegger. (© Noel Vasquez/Getty Images)

Les images ont fortement choqué par leur violence. Samedi 12 août au soir, de très nombreux suprémacistes blancs se sont amassés, torches à la main, devant l’université de Virginie, dans la municipalité de Charlottesville. Ce rassemblement de l’extrême droite américaine visait à protester contre le retrait d’un jardin public d’une statue de Robert Lee, un général confédéré considéré comme un défenseur de l’esclavagisme. Face à ces sidérantes démonstrations de haine, incluant des milices armées, des croix gammées ou des drapeaux confédérés, des contre-manifestants antiracistes ont massivement rappliqué en criant non au racisme et au sordide héritage du Ku Klux Klan.

Publicité

Des heurts ont eu lieu. La violence a sévi. Des projectiles ont volé dans les airs. D’un coup, l’image d’une Amérique loin d’être "Great Again" a parcouru le monde à vitesse grand V. Et samedi, en fin de journée, l’horreur s’est tristement poursuivie. Un conducteur originaire de l’Ohio a en effet foncé dans la foule, tuant une femme de 32 ans et blessant une quinzaine de personnes dans les rangs des antifascistes. L’intéressé a été inculpé de meurtre, de blessures et de délit de fuite. Comme de nombreuses figures politiques, à l’instar de Barack Obama ou Hillary Clinton, les stars d’Hollywood n’ont pas tardé à se mêler au concert d’indignations. À commencer par Arnold Schwarzenegger qui s’est exprimé fermement sur sa page Facebook.

Le silence de Donald Trump

"J’ai été horrifié par les images de ces nazis et suprémacistes blancs défilant à Charlottesville et j’ai eu le cœur brisé à l’idée qu’un terroriste national ôte la vie d’une innocente", a écrit l’ancien gouverneur de Californie, avant d’ajouter qu’il n’existait pas d’"Amérique blanche". Il appelle tous ses concitoyens, sans détour, à se mobiliser contre la haine en s’engageant auprès d’associations qui luttent sur le terrain de l’égalité et du vivre-ensemble. Dans le même temps, la Writers Guild of America, l’emblématique syndicat des scénaristes US, qui compte 4 000 membres, a appelé Donald Trump à condamner plus fermement les agissements des suprémacistes. Le groupe reproche au président Trump d’avoir vilipendé "la haine, la bigoterie et la violence de tous bords", sans vraiment pointer du doigt les nationalistes incriminés et le terrorisme qu’ils ont engendré.

Même son de cloche du côté de Beau Willimon, le créateur de la série House of Cards, qui s’est fendu d’un tweet clair : "Chaque membre du congrès qui échoue à dénoncer les suprémacistes de Charlottesville et qui ne condamne pas le silence de Trump est complice de haine."

Publicité

D’autres très nombreuses célébrités du cinéma ont manifesté leur écœurement. Parmi elles : Ellen DeGeneres, la cinéaste Ava DuVernay (Selma), le réalisateur Rob Reiner (Quand Harry rencontre Sally), les acteurs Seth Rogen et Will Poulter ou J.K. Rowling, la maman de Harry Potter.

Publicité

Traduction : "La vérité est : nous vivons à cette époque. Et nous tolérons ça. #Charlottesville"

Traduction : "Soyons clairs : la haine que l’on a vue en Virginie entache les mains de Donald Trump. Il l’a ravivée pendant sa campagne, son silence l’approuve."

Publicité

Traduction : "Au fait, nique ces enculés de nazis." #Charlottesville

Traduction : "Les 'supremacistes blancs' violents au cœur des émeutes de Charlottesville ce soir devraient être traités comme des terroristes et inculpés en tant que tels."

Traduction : "Quelle journée pour le président, il en a même oublié de tweeter."

Traduction : "C’est ça l’Amérique maintenant ? On ne peut pas laisser faire ça."

Par Mehdi Omaïs, publié le 14/08/2017

Pour vous :