Hayao Miyazaki pourrait refaire du cinéma

Selon le président du studio Ghibli, Hayao Miyazaki pourrait revenir à la réalisation en tournant un nouveau court métrage.

Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki

Cette année, les amateurs de cinéma d'animation nippon ont eu le coeur brisé à deux reprises. Une première fois, l'année dernière, lorsque le maître de l'animation japonaise Hayao Miyazaki a annoncé qu’il arrêtait le cinéma après la présentation de son dernier film Kaze Tachinu ("Le Vent Se Lève"), à la 70ème Mostra De Venise.

Publicité

Une deuxième, il y a quelques jours, lorsque les médias du monde entier ont annoncé la fin du mythique studio Ghibli, co-fondé en 1985 par Miyazaki, après que les propos du président de l’empire d'animation Toshio Suzuki ont été mal interprétés. Si le studio est bien en difficulté depuis le départ à la retraite du roi du manga – et va effectivement connaître un ralentissement dans la branche long métrage, les activités se poursuivront du côté de la publicité, de la musique et même des séries.

Miyazaki n'aurait pas dit son dernier mot

Aujourd'hui, c'est une autre annonce qui devrait ravir les cinéphiles laissés endeuillés après ces deux nouvelles. En effet, comme le rapporte Variety, le réalisateur japonais n'aurait pas tout à fait dit son dernier mot. Toujours selon Toshio Suzuki, le cinéaste pourrait bien "refaire quelque chose". "C'est mon sentiment, mais je pense que ce sera quelque chose de court", a t-il déclaré. Il a ensuite expliqué que Miyazaki lui avait parlé de son idée de réaliser un court métrage pour le Musée Ghibli situé à Tokyo.

Princesse Mononoke © Ghibli

Princesse Mononoke © Ghibli

Publicité

Ces révélations ont été faites à la télévision japonaise, lors du show "Asa Ichi" sur la chaîne NHK, alors que Toshio Suzuki était venu clarifier ses déclarations au sujet du studio d'animation Ghibli. Il a d'ailleurs de nouveau répété que l'entreprise ne fermait pas et qu'il réfléchissait à comment la restructurer :

Nous allons changer la façon dont nous faisons de l'animation. Nous voulions faire une entreprise de rêve, faire ce qu'il nous plaisait et ne pas faire ce qui ne nous plaisait pas. Nous avons pu réaliser ce rêve dans une certaine mesure et nous sommes très heureux. Mais maintenant, nous sommes à un point où nous devons réfléchir à ce que nous ferons par la suite.

De quoi redonner le sourire aux amoureux du cinéma d'animation japonais.

Par Constance Bloch, publié le 07/08/2014

Pour vous :