AccueilCinéma

Harry Potter : victime de racisme, Katie Leung confie avoir été incitée à se taire

Publié le

par Manon Marcillat

(© Warner Bros.)

Dès l'annonce de sa participation à la saga, l'actrice qui interprétait le rôle de Cho Chang a été la cible d'attaques racistes.

Katie Leung, qui interprétait la brillante Cho Chang, première amoureuse du sorcier à lunettes dans Harry Potter et la Coupe de feu, L’Ordre du phoenix, Le Prince de sang-mêlé ainsi que Les Reliques de la mort, partie 2, a témoigné du racisme dont elle a été victime au micro du podcast Chinese Chippy Girl, relayé par Variety.

En 2005, dès l'annonce de sa participation au quatrième volet de la saga, l'actrice écossaise d'origine hongkongaise a été la cible d'attaques racistes, notamment sur Internet, que la production et ses agents lui auraient demandé de taire.

"Je me souviens avoir tapé mon nom sur Google et d'être tombée sur un site de fans d'Harry Potter. J'ai lu tous les commentaires et beaucoup d'entre eux étaient racistes. Quelqu'un avait même créé un site haineux qui proposait aux internautes de cliquer sur un bouton pour approuver – ou non – le choix de casting. Il y avait donc un décompte des gens qui n'étaient pas d'accord, c'était affreux", s'est souvenue l'actrice.

En 2005, Katie Leung n'avait alors que 16 ans et Harry Potter et la Coupe de feu était sa première apparition au cinéma, mais elle affirme n'avoir pourtant reçu aucun entraînement quant à la gestion d'interviews. Le seul conseil prodigué par ses agents était de nier les attaques racistes dont elle était victime. "Katie, nous n’avons pas vu ces sites. Donc si on te pose la question, tu dis simplement que ce n’est pas vrai et que ce n'est pas n’arrivé", lui aurait alors enjoint la production. Selon Variety, Warner Bros. n'a pas souhaité réagir aux propos de l'actrice.

Alors débutante et reconnaissante d'avoir décroché le rôle de Cho Chan, Katie Leung explique avoir consenti à se taire. Mais plus tard, elle dénoncera un racisme omniprésent contre les personnes d'origine asiatique, notamment dans les colonnes de The Herald, en 2016. 

À voir aussi sur konbini :