AccueilCinéma

Harry Potter : pourquoi il était strictement interdit de parler "américain" sur le tournage

Publié le

par Lucille Bion

On ne rigole pas avec l’univers de Harry Potter.

Lorsque Chris Columbus a accepté d’adapter Harry Potter à l’école des sorciers, le premier volet de la saga à succès, il a dû se plier à certaines règles imposées par la créatrice, J.K. Rowling. Parmi ses doléances ? N’embaucher que des acteurs et des actrices britanniques pour conserver l’ambiance et l’atmosphère très anglaises de son œuvre. C’est notamment pour cette raison que Robin Williams, qui avait supplié le cinéaste de jouer Hagrid, n’a pas pu intégrer la franchise, comme l’a révélé IndieWire. Un sacrifice de taille pour la Warner. 

Malgré la rigidité des consignes sur le plateau, Chris Columbus a confié un petit rôle à sa fille dans Harry Potter, mais elle n’a pas été autorisée à parler, à cause de sa nationalité américaine. Si Eleanor Columbus peut donc se targuer d’avoir réussi à passer entre les mailles du filet, elle n’a pas déclamé une seule réplique, comme l’explique le cinéaste :

"Elle a travaillé pendant à peu près 80 jours. Mais elle ne parle jamais parce que tu connais la règle : si tu n’es pas britannique, tu ne peux pas parler."

La jeune fille, reconnaissable à sa chevelure rousse, s’est glissée dans la peau de Susan Bones, une des premières élèves à mettre le Choixpeau, qui dirige les élèves dans l’une des quatre maisons respectives : Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard.

Une progressive américanisation

Par souci d’authenticité, J.K. Rowling a également demandé que les élèves de nationalités étrangères soient joués par des acteurs originaires du même pays. Grâce à cette règle, la comédienne française Clémence Poésy a été révélée au public sous la cape de Fleur Delacour, à l’instar de Stanislav Ianevski qui incarne le bulgare Viktor Krum. Il aura fallu attendre le spin-off sur Les Animaux Fantastiques en 2016 pour que J.K. Rowling accepte d’étendre le casting à des Américains, comme Eddie Redmayne, Colin Farrell ou encore Johnny Depp.

Cette année, la saga fête cette année ses 20 ans et n’est pas près de s’arrêter. À l’occasion de cette date d’anniversaire très spéciale, Chris Colombus vient de confier qu’il voulait adapter Harry Potter et l’Enfant maudit. Cette pièce de théâtre, écrite par Jack Thorne d’après l’œuvre de l’autrice britannique, met en scène un Harry Potter plus vieux, sa femme Ginny et leur deuxième enfant, Albus Severus Potter, qui commence son apprentissage à Poudlard. 

À voir aussi sur konbini :