Charlize Theron stars as ‘Charlotte Fields’ in LONG SHOT.

Harcelée par un "grand réalisateur" : Charlize Theron se confie

Charlize Theron parle aussi de son père alcoolique, tué par sa mère sous ses yeux, alors qu'elle n'avait que 15 ans.

Bientôt à l’affiche de Scandale, film coup de poing sur les nombreuses agressions des employées de Fox News commises par le fondateur de la chaîne Roger Ailes, Charlize Theron revient sur les démons qui l’ont hantée.

Tout d’abord, pour faire écho au sujet du film dont elle est la vedette aux côtés de Margot Robbie et Nicole Kidman, elle confie avoir été victime de harcèlement, par "un grand réalisateur", dont elle n’a pas révélé l’identité.

Publicité

Dans les colonnes de NPR, elle explique ce moment de malaise, alors qu’elle s’était rendue chez lui passer une audition. Nous sommes en 1994 et à l’époque, elle était jeune, inexpérimentée et n’a pas réalisé tout de suite que cet épisode relevait du harcèlement : 

"Il portait encore un pyjama de soie et m’a offert un verre tout en caressant mon genou. Je commençais tout juste, je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants du métier, je me demandais si c’était comme ça qu’ils faisaient dans l’industrie du cinéma ?"

Publicité

À la suite de ce geste, elle s’est excusée et a quitté son hôte, très en colère contre elle-même : 

"Je m’en suis voulu beaucoup… de ne pas avoir su dire les bonnes choses, de ne pas lui avoir dit d’aller se faire voir, et tout ce que je n’ai pas fait et qu’on croit que l’on ferait dans ces situations. "

Huit ans plus tard, l’interprète de Cipher dans Fast and Furious a été recontactée par ce fameux réalisateur et trouvait l’occasion idéale pour revenir sur cet épisode. Mais comme elle le rappelle, LE bon moment n’existe pas pour confronter son agresseur. "Ça n’arrive jamais". Dans le Guardian, elle précise que le réalisateur n’a pas voulu lui répondre : 

Publicité

 "Il a évité la conversation, il ne voulait pas aborder le sujet. À ce moment, il était clair que ce n’était pas sa première fois et qu’il avait fait subir cela à plusieurs femmes avant moi. "

L’actrice a expliqué qu’elle avait raconté cette histoire à des journalistes, en nommant son agresseur mais que ces derniers n’avaient jamais dévoilé son identité : 

"En réalité, j’ai déjà dévoilé son nom. Vous ne le savez pas car à chaque fois que je parle de lui, le journaliste prend la décision de ne pas écrire son nom, et ça ne fait que montrer combien le problème est profond et systémique."

Publicité

Pour ne pas porter préjudice au film, qui traite ce sujet et revient sur le scandale de Fox News, l’actrice n’a pas voulu préciser le nom du cinéaste : 

"Si je répète son nom, pendant que je suis en train de promouvoir le film, ça pourrait prendre le dessus sur l’histoire et devenir l’histoire. Il y aura un moment où je partagerai cela. J’ai toujours été honnête là-dessus mais je ne veux pas que ça fasse de l’ombre au film. Un jour j’en parlerai encore, et je redonnerai son nom."

Le meurtre de son père sous ses yeux 

Sa mère a tiré sur lui, et l’a abattu, en légitime défense. Aucune charge n’a donc été retenue contre elle. Pour Charlize Theron, sa mère "a mis fin à une menace" et à "une violence familiale" permanente : 
"Mon père était un homme malade. Il a été alcoolique durant toute mon enfance. Je ne le connaissais que d’une seule façon, et c’était saoul… C’était une situation sans espoir, notre famille était coincée avec ce problème."

Par Lucille Bion, publié le 18/12/2019