First Man critiqué pour ne pas mettre assez en avant... le drapeau américain

Pendant ce temps, aux États-Unis.

(© Universal Pictures)

First Man n'est pas encore sortie en salles qu'il fait déjà polémique. Présenté en ouverture de la Mostra de Venise, le nouveau film de Damien Chazelle, qui raconte la mission Apollo 11 emporté notamment par Neil Armstrong, a été accusé de ne pas mettre assez en avant un certain patriotisme américain. En cause, une image manquante au cours du long-métrage : celle de l'astronaute, joué par Ryan Gosling, plantant héroïquement le drapeau américain.

Publicité

Sur Twitter, c'est l'ancien candidat à l'investiture républicaine, Marco Rubio, qui a mené la fronde en répondant à un article de Business Insider : 

"C'est de la pure folie. Ce n'est pas rendre service à une époque où il y a besoin de rappeler à notre peuple ce que nous pouvons accomplir lorsque nous travaillons ensemble. Les Américains ont payé pour cette mission, sur des fusées construites par des Américains, avec une technologie américaine et transportant des astronautes américains. Ce n'était pas une mission des Nations unies".

Publicité

Sur Twitter, un internaute défend l'idée que l'aspect patriotique de l'histoire a été édulcoré... pour "vendre plus de tickets à l'étranger"

Publicité

Publicité

"Une histoire humaine et universelle"

Les réactions n'ont pas tardé. En premier lieu, celle du responsable en chef, Damien Chazelle. Le cinéaste américain, auteur de Whiplash et La La Land, ne s'est pas démonté, déclarant de manière factuelle :

"Je montre dans First Man le drapeau américain dressé à la surface de la Lune. Le moment même où il a été planté fait partie de plusieurs épisodes de la mission Apollo 11 sur lesquels j'ai choisi de ne pas m'arrêter. Pour répondre à la question de savoir si c'était un message politique, la réponse est non".

Enfin, les enfants de Neil Armstrong (Rick et Mark Armstrong), accompagnés de James Hansen, auteur du livre First Man dont le film est l'adaptation, ont publié un communiqué via Variety défendant un film relatant une "histoire humaine et universelle" n'ayant "rien du tout d'anti-Américain".

Sur Twitter, des internautes n'ont pas hésité à se moquer de la situation :

 

 

Par Louis Lepron, publié le 03/09/2018

Copié

Pour vous :