Fin des spéculations : on connaît enfin le sort de Zazie Beetz dans Joker

On était assez fébriles quand à la destinée incertaine du personnage de Sophie Dumont. Attention, spoilers.

Parmi les multiples polémiques suscitées par le film, certaines ont rapproché le personnage du Joker des incels, terme qui désigne les hommes en involuntary celibate, soit des communautés d’hommes misogynes qui accusent les femmes d’être la raison de leur célibat et font l’apologie de la violence.

Pourtant, Arthur Fleck ne semble aucunement entretenir de haine spécifique envers les femmes. Si l’assassinat des hommes qui l’ont marginalisé est montré de manière très violente et explicite, le sort réservé aux femmes du film est toujours suggéré et jamais montré frontalement – à l'exception de sa mère, qu'il étouffe sous nos yeux.

Publicité

On devine qu’il a également assassiné sa psychologue à la fin du film, dont la mort est sous-entendue par les traces de sang laissées sur son passage. Mais la destinée de Sophie Dumont, sa copine imaginaire, est beaucoup plus ambiguë et a certainement dû nourrir de nombreuses conversations autour de la machine à café.

Le Joker entame une liaison amoureuse avec le personnage de Zazie Beetz, qui s’avère être le fruit de son imagination tordue. Les éclats de rire de la jeune femme devant le stand-up gênant de Fleck ou ses propos extrêmes qui cautionnent l’assassinat des puissants de Gotham nous avaient mis la puce à l’oreille, et on achève de comprendre le twist lorsqu’elle découvre, terrifiée, Arthur Fleck en parfait inconnu dans son salon.

Todd Philips a décidé de ne pas montrer ce qu’il va se jouer dans l’appartement. On verra simplement Fleck, désormais Joker, quitter l’appartement de sa voisine pour rejoindre son lugubre studio. Et on ne reverra plus Sophie Dumont et sa fille à l’écran.

Publicité

Dans une interview pour The Hollywood Reporter, Zazie Beetz est revenue sur son personnage qui a visiblement beaucoup évolué au fil des différentes versions du scénario. Elle explique que beaucoup de scènes ont été testées en direct, sur le tournage. Todd Philips n’avait donc peut-être lui même pas d’idée arrêtée sur la question.

Récemment, SlashFilm a interrogé Lawrence Sher, le directeur de la photographie, à propos des effets visuels utilisés pour aider le spectateur à distinguer le fantasme de la réalité dans le film. Il explique que cette interprétation libre du vrai et du faux était justement un sujet central du film, mais il en a également profité pour éclaircir certains points et notamment le sort de Sophie Dumont, mettant fin au mystère :

"Sa relation avec Sophie est un fantasme. Des gens m’ont demandé si elle était morte ou non, mais Todd est suffisamment explicite sur le fait qu’elle n’est pas tuée. Arthur tue pour se venger de ceux qui l’ont maltraité, ce qui n’est pas le cas de [Sophie]."

Publicité

C’est désormais clair, Sophie Dumont pourra donc peut-être revenir dans un second volet du Joker. On regrette néanmoins cette version officielle des faits puisque le suggestif est un enjeu central du film de Todd Phillips.

Par Manon Marcillat, publié le 30/10/2019

Copié

Pour vous :