AccueilCinéma

Filmé à son insu et qualifié de "barbu", un Niçois porte plainte contre Netflix

Publié le

par Manon Marcillat

(© Netflix)

Quand un jeune électricien niçois de 21 ans est présenté comme un potentiel terroriste dans un film Netflix.

Averti par des proches de sa présence dans le film Sentinelle de Julien Leclercq, sorti sur Netflix en mars dernier, un jeune électricien originaire de Nice a découvert qu'il y avait été filmé à son insu. Ce film sur l'Opération Sentinelle, vu par le prisme de Klara, interprète dans l'armée française et de retour à Nice après une expérience en Syrie, a fait un gros carton en France et aux États-Unis où il est également disponible.

Dans la scène en question, tournée le 2 décembre 2019 à Nice, le jeune homme et son ami apparaissent dans le viseur d'un fusil d'assaut se serrant la main. Il y est décrit comme un homme "barbu" et "muni d'un sac à dos", identifié comme suspect potentiel d'une attaque terroriste. La scène en question apparaît très brièvement dans la bande-annonce.

"'On voit deux jeunes barbus', comme dit Netflix. 'Munis de sacs à dos. Ils se serrent la main et se séparent'. Comme si dans notre sac à dos nous avions une bombe. J’ai halluciné de voir ça. J’ai été filmé par hasard, sans aucune autorisation", a déploré la victime, lundi 14 juin, à l'antenne de RTL. Il explique également avoir reçu des menaces suite à la sortie du film.

Son avocat, Me Jean-Pascal Padovani, dénonce le lien qui a été fait entre origine maghrébine et terrorisme et a décidé de déposer plainte pour "provocation publique à la discrimination et à la haine raciale" et a également attaqué Netflix pour "atteinte au droit à l'image".

La plateforme a de son côté modifié le commentaire audio mais n'a pas supprimé la scène du film. "Ils se sont contentés de supprimer la voix off mais ils continuent d’exploiter le film comme si de rien n’était", a regretté Jean-Pascal Padovani au micro de RMC.

À voir aussi sur konbini :