AccueilCinéma

Goût bacon, le court-métrage sélectionné aux César à voir absolument

Publié le

par Lucille Bion

Sélectionné aux César, Goût bacon pourrait définitivement entrer dans la course à la statuette dorée. Réponse à la fin du mois. Pour patienter, le voici pendant 48 heures de diffusion exclusive.
 
 
Une belle histoire pourrait se profiler pour les jeunes de l’association 1 000 Visages, fondée par Houda Benyamina, la réalisatrice de Divines. Depuis 2006, elle s’évertue à démocratiser le cinéma auprès des banlieues et mène plus largement un combat pour éveiller, émerveiller et sensibiliser les jeunes éloignés des offres culturelles.
 
Une poignée d’amateurs cinéphiles a ainsi pu réaliser leur court-métrage Goût Bacon, sous la houlette d’Emma Benestan, ancienne élève de la Fémis, formée aussi sur le tas par Abdellatif Kechiche (L’Esquive, La Vie d’Adèle). Après avoir été projeté dans de nombreux festivals étrangers, ce film vitaminé pourrait maintenant s’imposer aux César, dans la cour des grands.

Du bitume au tapis rouge ?

Les deux acteurs, Adil Dehbi et Bilel Chegrani, viennent de la cité de la Grande Borne à Grigny et n’avaient jamais touché à une caméra ou mis les pieds sur un plateau de tournage. Le premier vient de tourner avec Catherine Deneuve dans le prochain long-métrage de Kheiron, Mauvaises herbes. Le second, Bilel, vient d’obtenir un rôle de premier plan dans la prochaine saison d’Engrenages. Du bitume au tapis rouge, il n’y a qu’un pas.

Dans Goût bacon, le duo explore les secousses de l’adolescence. Le court-métrage débute avec une rumeur sur leur homosexualité, lancée sur Snapchat mais qui circule bientôt dans toute la cité. Les regards et le jugement de leur entourage poussent chacun des garçons à s’afficher avec une fille, pour éteindre le feu de l’intolérance. À la suite de confidences inattendues, une situation cocasse vient se dessiner. L’humour sert souvent à tordre le cou aux préjugés, on le sait.
 
Goût bacon est un film à dévorer pendant 48 heures, en exclusivité sur Konbini.

À voir aussi sur konbini :