AccueilCinéma

Une étude épingle la représentation des Asiatiques à Hollywood

Publié le

par Arthur Cios

DT5Y5G LUCY LIU KILL BILL: VOL. 1 (2003)

67 % des personnages asiatiques auraient des comportements stéréotypés et clichés.

En ce moment, les choses semblent bouger en termes de discrimination du côté des États-Unis. Depuis l'attentat contre trois établissements qui a provoqué la mort de huit personnes issues de la communauté asiatique, faisant suite à une succession d’attaques médiatisées contre cette même communauté depuis plus d’un an, la question du racisme anti-asiatique est devenue un sujet de premier plan. À tel point que le Congrès a adopté, ce 18 mai, une loi pour protéger les Américains d’origine asiatique.

Au même moment, une étude lancée par une branche liée à l’inclusion de l’école de journalisme USC Annenberg est sortie sur la présence et le traitement des personnages incarnés par des personnes asiatiques, américano-asiatique ou venant des îles du Pacifique.

On parle de plus de 1 300 films et 51 159 personnages analysés, parmi les plus gros succès chez l’oncle Sam, sur une période allant de 2007 à 2019. Et ce n’est pas glorieux. Il y a beaucoup de chiffres et d’informations dans ces 50 pages de graphiques et données.

Mais voilà un bon résumé de ce qu’il faut garder en tête :

  • Entre 2018 et 2019, presque la moitié des 200 plus gros films du box-office n’avaient aucun personnage asiatique, ou alors un personnage qui n’avait pas plus de cinq lignes de dialogue.
  • Au total, moins de 10 % des films étudiés montraient un personnage d’origine asiatique parlant, représentant que 5,9 % du total de personnages – pour donner une idée, leur représentation dans la société américaine est plutôt de l’ordre de 7,1 %.
  • Sur ces personnages, 67 % auraient des comportements stéréotypés et clichés, et 41,8 % reçoivent des menaces ou des insultes, parfois racistes. Plus encore, sur les 79 plus gros succès de 2019 contenant un personnage asiatique, un quart d'entre eux mourraient violemment avant la fin du film et à l’écran. Ce qui n’aide pas à freiner le discours de haine envers cette communauté, selon la même étude. L’acteur Daniel Dae-Kim a d’ailleurs tweeté en réponse à cette étude, pour expliquer que cela était devenu un vrai problème pour lui et sa famille, mais aussi un facteur déterminant pour ses choix de rôles.
  • Seuls 13 % de ces personnages avaient un spectre classique et normal de relations avec d’autres.
  • On ne parle ici que de 22 acteurs et actrices s’étant partagé le gâteau, contrairement aux 336 acteurs hommes blancs trouvés dans le lot de films.
  • Sur les 1 300 films, seuls 44 avaient un personnage principal ou co-principal asiatique – dont 14 seulement pour The Rock, et 5 pour Keanu Reeves (son père est hawaïen, ce qui explique sa présence ici). Et sur ces 44, on parle de 38 personnages masculins, donc seulement 6 féminins.

Une note optimiste ? Les nominations récentes de Minari et les victoires de Youn Yuh-jung et de Chloé Zhao aux Oscars, ainsi que le palmarès dominé par Parasite l’an passé.

À voir aussi sur konbini :