AccueilCinéma

Cette étude montre à quel point Hollywood ne rime pas avec diversité

Publié le

par Fanny Hubert

Une nouvelle étude démontre qu'à Hollywood, les femmes, les personnes de couleur et les LGBT sont très sous-représentés. 

C'est loin d'être une surprise. C'est plutôt une confirmation : l'industrie d'Hollywood n'arrive décidément pas à changer de mentalité. Une étude menée par l'Université de Californie du Sud démontre que les femmes, les personnes de couleur et la communauté LGBT sont encore sous-représentés dans le cinéma américain.

Les résultats proviennent du Top 100 des films sortis respectivement entre 2007 et 2014 (sans compter 2011). Au total, ce ne sont pas moins de 30 835 personnages qui ont été étudiés dans 700 films différents. Et les graphiques – conçus par Mic – qui en résultent parlent d'eux-mêmes.

Crédits : Mic

Premier problème qui est loin de se résoudre : le sexisme. Dans les 700 films sur lesquels se base l'étude, on retrouve 30,2 % de protagonistes féminins contre 69,8 % d'hommes. Vive la parité. Ce qui est plus effrayant encore est que le pourcentage de femmes qui apparaissent sur grand écran a baissé entre 2008 et 2014. En 2008, elles représentaient 32,8 % des personnages contre 28,1 % en 2014.

Et rien ne semble changer la donne. Pourtant, les actrices se mobilisent de plus en plus et ne cessent de réclamer l'égalité : Patricia Arquette dans son discours aux Oscars, Robin Wright qui demande une "Che Guevara féminine", Emma Watson, Helen Mirren, Kristen Stewart, la liste est longue... Pour se rendre encore plus compte de la réalité du problème, un Tumblr a compilé les remarques sexistes que les femmes entendent à longueur de journée et c'est effrayant.

Crédits : Mic

Comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, les femmes n'étaient pas très nombreuses – c'est un euphémisme – derrière la caméra en 2014. 98,1 % d'hommes contre 1,9 % de femmes. Le résultat se passe de commentaires... Mic rajoute que sur le Top 100 des films sortis l'année dernière, les deux réalisatrices qui ont sauvé l'honneur étaient Ava Duvernay (Selma) et Angelina Jolie (Unbroken).

Les femmes scénaristes représentaient 11,2 % tandis que les productrices étaient 18,9 %. C'est en légère augmentation mais le compte n'y est toujours pas.

Crédits : Mic

Passons maintenant au deuxième problème récurrent : le manque de diversité dans la représentation raciale. En 2014, 73,1 % des 30 835 personnages étaient blancs tandis qu'on ne pouvait voir que 4,9 % de Noirs, 12,5 % d'Hispaniques et 5,3 % d'Asiatiques. La différence est considérable et effrayante.

De plus, Mic précise que ces chiffres n'ont pas bougé depuis 2007. En huit ans, le paysage hollywoodien est donc resté blanc comme neige. Heureusement, la télévision est une meilleure élève en ce qui concerne la représentation de la diversité. Des séries comme Empire, How to get away with murder ou encore Scandal ont des héros et des héroïnes noirs et le succès est évidemment au rendez-vous.

Crédits : Mic

Troisième et dernière problématique : où est passée la communauté LGBT ? En 2014, sur les 4 610 personnages étudiés, seulement 19 étaient gay, bisexuels ou lesbiens. Oui, vous avez bien lu, 19. Et le pire dans tout ça, c'est que les transgenres n'ont pas du tout été représentés. Zéro. Aucun.

Sur les 100 films à succès de l'année dernière, 14 ont pris le parti de mettre en scène des personnages queer. Et même quand Hollywood veut bien faire, l'industrie se plante. La preuve : le trailer de Stonewall, prochain film de Roland Emmerich, qui a fait polémique car il ne montre que des personnages blancs et occulte les trans' et les draq queens de couleur.

Encore une fois, c'est sur le petit écran que la diversité s'affiche. Orange is the New Black et Transparent en sont les exemples parfaits. Dans la première, des femmes de toutes les orientations sexuelles sont représentées tandis que la seconde dépeint la transition pas toujours facile de Moira, homme qui se sent femme.

Malgré ces constats désolants, les auteurs de l'étude se veulent optimistes. Pour eux, une véritable parité hommes-femmes pourrait se faire dans les cinq ans à venir. La seule condition pour que cela arrive et que la diversité soit enfin la norme, c'est qu'Hollywood y mette vraiment du sien et arrête de penser que tout le monde se ressemble.

À voir aussi sur konbini :