AccueilCinéma

Faute de cinémas ouverts, les États-Unis ont sur les bras des tonnes de pop-corn invendu

Publié le

par Lisa Drian

© PxHere

Les salles de cinéma sont désertées, les producteurs ne savent plus quoi faire de leurs stocks.

Le "crounch-crounch" qui rythme les films dans les salles de cinéma a définitivement disparu aux États-Unis. À tel point que la manière de consommer du pop-corn a totalement changé depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Avant la crise sanitaire, environ 30 % du pop-corn était consommé hors du domicile, et donc principalement au cinéma, rappelle Food & Wine. Mais avec le confinement, les ventes de pop-corn en sachet à mettre au micro-ondes ont explosé.

La vente directe aux cinémas pose problème

La douce odeur de sucre à l’entrée des cinémas a quant à elle bien disparu. Et les fournisseurs s’en mordent les doigts. Le pop-corn que l’on mange chez soi, devant un film, et celui qu’on a déjà fini à peine la pub terminée au cinéma ne proviennent pas des mêmes fournisseurs. Les producteurs vendent en général directement leurs marchandises aux cinémas.

Problème : ils ne sont pas équipés pour emballer les produits et les vendre aux supermarchés. Aux États-Unis, Preferred Popcorn est l’un des plus gros producteurs de maïs soufflé qui se retrouve dans les cinémas. L’usine aurait installé sept nouveaux silos pour stocker les invendus depuis le début de la pandémie, du jamais-vu.

Cela équivaut à 80 millions de pots de pop-corn.

Le vrac, la solution anti-gaspi ? 

Les producteurs, comme Preferred Popcorn, ont eu l’idée de vendre aux particuliers leurs marchandises en ligne et en vrac dans des énormes sacs de 13 à 22 kg – autant avoir un home cinéma ou un bon stock de films.

La durée de conservation du pop-corn pourrait peut-être rassurer les producteurs : le maïs soufflé se conserve un an avant de prendre l’humidité. Espérons que d’ici là, les Américains auront regagné les salles de cinéma.

À voir aussi sur konbini :