AccueilCinéma

Pendant ce temps en Espagne, les cinémas et les salles de concert sont toujours ouverts

Publié le

par Arthur Cios

Et ce depuis juin. Preuve s'il en faut que si on y met les moyens, la culture peut continuer à vivre normalement.

La crise sanitaire qui dure depuis presque un an aura eu un tas de conséquences collatérales soulignant les faiblesses du modèle économique actuel. Parmi ces dernières, le monde de la culture, qui est mis à l’arrêt depuis des mois sans horizon réel de retour à la normale. Sans être le plus gravement touché, il subit les arrêts successifs de la part des gouvernements un peu partout à travers le monde. Partout, ou presque.

Un exemple semble montrer que l’on peut maintenir l’ouverture des lieux culturels malgré tout, comme le prouvent nos irréductibles voisins espagnols. Franceinfo nous informe que, depuis juin, et ce malgré la deuxième vague de Covid-19, les salles de concerts, comme en témoigne le concert organisé à Barcelone il y a quelques semaines, de cinéma et les musées sont restées ouvertes. La question est donc : comment ?

Tout simplement en contrôlant. Le média nous explique par exemple que pour aller à l’opéra de Madrid, il y a un détecteur de température qui empêche à quiconque ayant plus de 37,5 °C d’entrer au sein de l’établissement. Ensuite, les spectateurs doivent laisser un fauteuil vide entre chaque groupe de personnes. Les masques sont évidemment obligatoires, mais il existe une nouveauté : les sièges sont désinfectés à l’aide de lumières ultraviolettes.

Côté concerts, on nous explique que les musiciens sont séparés sur scène par une vitre en Plexiglas, et qu’ils sont dans l’obligation de porter leur masque en coulisses jusqu’à la dernière minute avant de monter sur scène. On est loin des concerts en bulle, mais tant que ça marche, c’est le principal.

À noter que le budget de ces outils pour permettre à la culture de survivre aurait coûté 1 million d’euros – ce qui, à l’échelle des aides étatiques, ne représente pas une somme si colossale. Il y a donc sans doute des leçons à tirer de la gestion de la question de la culture à l’heure du Covid-19 chez nos voisins.

À voir également -> Reprise des concerts, Polanski, Article 24 : Roselyne Bachelot répond à des questions qui fâchent

À voir aussi sur konbini :