Escape From Tomorrow (2013)

featuredImage

Escape From Tomorrow, le film d'horreur tourné à Disneyland sans autorisation

Escape From Tomorrow ? A première vue, un film d'horreur. A deuxième vue, un film d'horreur tourné dans des parcs Disney sans autorisation. Explications.

disney

Escape From Tomorrow, un film de Randy Moore (2013)

Quand on cherche Escape from Tomorrow sur Internet, on distingue en premier son genre : "horror-fantasy". Présenté au Festival de Sundance en janvier 2013, le film fait alors sensation. En cause, un pitch psyché allié à des conditions de production peu ordinaires. Le film a en effet été tourné en cachette dans des parcs d'attraction Disney aux États-Unis, sans aucune autorisation.

La débrouillardise face à la sécurité Disney

Pour ce faire, l'équipe se met en mode "guerilla style" : les techniciens, tout comme les acteurs, achètent des pass à la fois pour Disneyland et Disneyworld. Ils passent, pour le bien du tournage, dix jours en Floride et deux semaines en Californie. Et comme aucun éclairage ne peut être utilisé, le réalisateur Randy Moore décide de filmer en noir et blanc à l'aide de deux appareils photo Canon EOS 5D Mark II et d'un Canon EOS 1D Mark IV.

Pour communiquer et lire leur texte, les acteurs utilisent leur iPhone. Ces mêmes iPhone sont aussi exploités pour enregistrer le son, en complément des enregistreurs digitaux classiques accrochés près du corps des comédiens.

Un extrait d'une minute de Escape From Tomorrow

Afin de ne pas attirer l'attention de la sécurité, l'équipe se scinde en plusieurs lorsqu'il fallut entrer. "A un moment, j'ai même demandé à ce que les techniciens en charge de filmer se rasent la tête et s'habillent dans des vêtements façon touriste" a expliqué Randy Moore au site Filmaker. Et de souligner : "Ça a failli provoquer une mutinerie". L'équipe ne fait pas de vagues, excepté lorsque la sécurité croit voir en eux des paparazzis qui harcelent une célébrité.

Au cinéma, ce n'est pas une première

Le propos du film, horrifique, navigue au large de l'esprit féérique de Disney, une institution qui a l'habitude de se protéger de toute mauvaise publicté, armée d'une équipe conséquente d'avocats. Mais pour le moment, le film de Randy Moore - qui n'avait même pas voulu parler à ses proches de son projet, n'a pas provoqué de réactions négatives de la part du géant de l'entertainment, bien que huit de ses attractions soient reconnaissables.

Escape From Tomorrow, un film de Randy Moore (2013)

Étrange quand on sait qu'Escape from Tomorrow évoque un père de famille qui vient de perdre son boulot et qui, pour ne pas gâcher les vacances de sa famille, décide de ne pas évoquer le sujet. Son attention va alors se focaliser sur deux jeunes Françaises. D'illusions en visions étranges et cauchemardesques, le personnage va se demander s'il n'est pas en train de faire une dépression nerveuse. Selon The New York Times, Escape From Tomorrow "critique le style de divertissement de masse produit par Disney. Dans ce film, il ne s'agit de l'endroit le plus joyeux au monde".

Et ce n'est pas la première fois que Disney voit son image être utilisée à ses dépens. On se souvient de Banksy dans le documentaire Faites le mur ! sorti en 2010. Une scène fut tournée à l'intérieur d'un parc et les artistes furent interrogés dans la foulée, sans pour autant perdre leurs images. En 2011, c'est un "found footage" façon Le Projet Blair Witch qui fut là aussi filmé dans un des parcs.

Intitulé Missing in the Mansion, il raconte le destin tragique de plusieurs visiteurs d'un parc Disney rassemblés à l'occasion d'une demande en mariage. Il est en intégralité ci-dessous :

On vous conseille également :

Par Louis Lepron, publié le 21/08/2013